"Je joue plus activement que lors d'autres concours"

©KVA

En tant que président du Dow Jones Club, Martin Vanhentenryck a déjà participé à plusieurs concours boursiers. Ce qui ne l’empêche pas de continuer à apprendre.

Qui dit période de fin d’année, dit remodelage du portefeuille d’investissement et prises de bénéfices. Et Martin Vanhentenryck l’a visiblement bien compris. Il a récemment vendu cinq positions: Visa, Aedifica , ASML Holding , Bouygues et Valeo . "Toutes ces valeurs étaient présentes dans mon portefeuille depuis le début du concours. J’ai donc profité des marchés haussiers avec des records à Wall Street pour les revendre. C’était le bon moment pour prendre mes bénéfices."

Classement

(Situation jeudi soir)

1. Caroline Sury + 3,85%

2. Martin Vanhentenryck + 2,57%

3. Bruno Coppens + 0,81%

Cette grosse opération de désinvestissement lui a permis de récolter quelque 15.000 euros, qu’il a ensuite réinvestis en partie. Martin Vanhentenryck a ainsi acheté 50 parts dans le leader néerlandais de la sécurité numérique Gemalto (pour environ 2.500 euros), 25 parts dans la biotech belge Galapagos (2.000 euros) et 22 parts dans le groupe américain de divertissement Walt Disney (2.000 euros). "La tendance haussière à Wall Street ces derniers jours a conforté ma stratégie d’investir à l’international. J’ai donc choisi Walt Disney pour parier sur la sortie du dernier Star Wars. Mais j’en ai peut-être acheté trop tard…", reconnaît-il. Quant à ses positions dans Gemalto et Galapagos, il n’en connaît plus la raison, si ce n’est la lecture d’un article évoquant de bonnes performances.

S’inspirer des autres

Petite nouveauté apparue dans son portefeuille, la prise de participation dans deux fonds. Il a investi 2.000 euros dans le fonds Comgest Growth Emerging Markets USD et 3.000 euros dans le fonds Deutsche Invest I German Equities. "J’avais lu dans la dernière interview de Caroline Sury que son investissement dans des fonds était sa seule position qui n’a jamais été dans le rouge. Je voulais donc le tester aussi." Cet étudiant en banking et asset management avoue lire chaque week-end le point de vue de ses challengers. Et même si chacun possède une stratégie différente, il estime que l’on peut prendre des conseils de part et d’autre.

Après réflexion, Martin Vanhentenryck estime avoir vécu un début difficile. "Je suis plutôt déçu de ma performance des deux premières semaines. Mais on apprend au fur et à mesure. J’ai eu aussi quelques bons investissements comme BAM ou OCI. Et comme nos performances sont affichées chaque week-end dans L’Echo, je joue plus activement que lors d’autres concours." On notera que seul son portefeuille a continué de performer la semaine dernière, tandis que ceux de Caroline Sury et de Bruno Coppens sont restés stables, voire ont légèrement reculé.

Et pour la suite? "Après avoir connu une semaine plus calme à cause de mes examens, je vais me remettre au cœur de l’information. Je vais notamment revendre certaines positions début janvier. Et peut-être investir dans de nouvelles sociétés en fonction de l’actualité."

L’avis de l’expert | Michel Ernst

Strategiste actions senior chez CBC Banque

La façon de procéder de Martin me paraît intéressante à plus d’un titre. D’abord, il agit sagement en sachant prendre son bénéfice sur certaines valeurs, en profitant d’une tendance haussière sans vouloir absolument risquer le gain de trop. Autre point à souligner, le cash restant (environ 20% du portefeuille) lui laisse suffisamment de "munitions" pour s’offrir toute opportunité intéressante, d’autant plus que fin décembre/début janvier est une période particulière offrant parfois ce genre d’opportunité. Par ailleurs, son portefeuille me paraît assez bien diversifié entre valeurs de l’économie traditionnelle et actions de la nouvelle économie. Galapagos est aussi un choix intéressant dans le secteur risqué mais à fort rendement potentiel qu’est la biotech. Enfin, la mise en Walt Disney paraît également très prometteuse car cette société s’appuie sur un historique fort mais également sur une vision du monde des médias de demain, notamment en développant des franchises fortes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content