La clôture a sonné pour le Rallye Boursier

©Dieter Telemans

Le concours investisseurs terminé, l’heure est au bilan. Nous avons demandé à nos participants-vedettes leur ressenti après avoir été plongés pendant trois mois dans l’univers des marchés actions.

Caroline Sury, +13,25%

Trois mois se sont écoulés et les faits sont là: mes placements ont dans l’ensemble portés leurs fruits. Il serait trompeur de s’attarder sur mon rendement total car j’ai quasi gagné chaque jour 100 euros supplémentaires depuis le début du concours grâce au quizz.

"Placer une partie de ses économies en Bourse peut être une réelle alternative aux produits de placement classiques."
Caroline Sury

Cela n’empêche que mes investissements dans Amazon, Barco, EVS, Tigenix ont été payants! Et ces résultats m’ont convaincu que placer une partie de ses économies en Bourse peut être une réelle alternative aux produits de placement classiques. Malheureusement, je ne dispose pas de 50.000 euros à placer en Bourse. Ni même 5.000 euros.

Si j’avais 50.000 euros et du temps, sans doute que je pourrais me laisser tenter par une telle aventure dans le monde réel. En attendant, je compte investir en Bourse mais en passant plutôt par un plan d’épargne en fonds. Ça ne me demande pas de temps, ni de grandes connaissances et ça me permettra sur du long terme de me constituer un rendement attrayant sans forcément avoir une mise de départ importante.

Martin Vanhentenryck, +10,38%

Je n’avais jamais participé à un concours avec une aussi longue durée, mais celle-ci l’a rendu plus intense et professionnel. En effet, pour espérer gagner le Rallye Boursier, il fallait constamment rester assidu et être à l’affût de nouvelles opportunités. J’avoue n’avoir pas bien commencé le concours. Puis au fur et à mesure j’ai lu de plus en plus d’articles, j’ai écouté les conseils des coachs et j’ai échangé avec des amis. Cela m’a permis de faire de meilleurs placements dont Tigenix principalement.

©KVA

Comme je l’ai déjà expliqué, si c’était à refaire, j’aurais pris plus de risques. En effet, des investissements de 2500 euros sont "adaptés à la réalité" mais cependant pas assez suffisants pour être mieux classé dans le concours. Mon portefeuille était également trop chargé. J’aurais dû me focaliser sur un nombre plus réduit d’actions. Je vais certainement investir dans la vie réelle à l’avenir. En Europe, nous investissons trop peu sur les marchés financiers alors que chacun peut y trouver des rendements plus avantageux par rapport à un profil de risque adapté. Personnellement, je garde une préférence pour les actions.

Bruno Coppens, +0,49%

Le concours m’a assez bien amusé. C’était très intéressant de comprendre les arcanes derrière les marchés financiers et de dépasser ses clichés. Même si investir en actions ne paraît plus si compliqué, il faut une certaine connaissance et du temps pour s’y consacrer. Ce que je n’ai pas. Ce n’est pas du tout mon domaine.

©Dieter Telemans

J’ai par contre été réconforté par l’analyse des experts sur mes choix initiaux. Investir en tant que "bon père de famille" offre peut-être peu de rendement mais cela n’est pas si mauvais. Un gars comme moi, qui choisit ses placements en fonction du plaisir ou de la poétique qu’évoquent certains noms de société, peut s’en sortir en Bourse. Si c’était à refaire, je devrais davantage diversifier mon portefeuille en faisant des recherches sur les autres marchés européens. Mais je voulais ici marquer mon empreinte belge.

Au final, je conseillerai de plus s’intéresser à ce qui se cache derrière les Bourses. On peut se plaindre de certaines dérives ou on peut devenir davantage acteur et agir en investissant par exemple dans des fonds éthiques.

l’avis du Coach Youry Huygen

Analyste chez l’investisseur

Après 10 semaines de "Rallye Boursier", c’est finalement Caroline qui remporte la compétition avec un rendement plus qu’appréciable. Sa prise de risque peut être qualifiée de "moyenne", car elle aura surtout intégré en portefeuille des acteurs de premier plan et n’aura utilisé qu’une partie de son cash disponible. Pour la gestion d’un portefeuille dans la vie réelle, c’est assurément une bonne manière de procéder. Se constituer un portefeuille progressivement dans le temps est d’ailleurs une des premières règles de l’investissement. Martin s’est   sans surprise  montré le plus actif parmi nos trois participants vedettes. En fin de concours, son portefeuille d’actions était même composé de plus de 20 valeurs différentes. Malheureusement, ses choix ne se sont pas suffisamment portés sur le secteur biotechnologique, qui se sera clairement distingué ces deux derniers mois.

Bien entendu, le but de ce concours n’est sûrement pas d’inciter les (nouveaux) épargnants/investisseurs à se tourner uniquement vers des valeurs à risque élevé. Rien de tel que de se constituer un portefeuille d’actions en optant en première instance pour des valeurs de "fond de portefeuille". Enfin, Bruno ne s’est "réveillé" qu’en fin de concours, avec de multiples achats opérés à la mi-janvier. Il faisait probablement partie de ces nombreux participants qui, dès le début de la compétition, ont préféré rester à l’écart en spéculant sur une nette correction des marchés. Après plus de 9 années de marchés haussiers, ce scénario n’était pas irréaliste. Mais cette fois-ci, mal leur en a pris… Un merci à Caroline, Martin et Bruno pour leur collaboration!

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content