Règle n° 1: diversifiez, diversifiez, diversifiez!

©Bloomberg

La première étape est la création de votre portefeuille actions. Mais comment choisir parmi les centaines de valeurs disponibles? Voici quelques conseils de base.

Diversification. Tout observateur expérimenté des marchés financiers vous donnera comme premier conseil pour créer votre portefeuille actions de le diversifier. Pourquoi? Pour minimiser le risque. Lorsque vous achetez une action, vous prenez le risque systématique – c’est-à-dire le risque inhérent aux marchés financiers – mais également le risque spécifique, lié à l’évolution de la société dans laquelle vous investissez. Vous ne pourrez jamais minimiser le risque systématique mais bien le risque spécifique. "Les études montrent qu'il faut dans un portefeuille minimum 20 valeurs pour que le risque spécifique de chaque action diminue au maximum", explique Arnaud Delaunay, analyste financier chez Leleux Associated Brokers.

Outre la diversification sectorielle et géographique, les actions sont également classées selon différentes catégories: valeurs cycliques, défensives, de rendement, de croissance, etc. "Ce qui est important, c’est d’attribuer à chaque valeur le poids adéquat", ajoute Youry Huygen, analyste chez L’Investisseur. Une valeur "bon père de famille", qui est considérée comme moins risquée, pourra par exemple avoir un poids plus important au sein de votre portefeuille. Si vous êtes un investisseur débutant, de nombreux stratégistes conseillent d’imiter la pondération sectorielle d’un indice de référence. Vous pourrez par la suite prendre davantage de risque en pariant sur un thème d’investissement particulier et en surpondérant tel ou tel secteur d’activité.

Quant à la gestion de ce portefeuille actions, il existe deux grands types d’investisseurs. D’un côté, les "daytraders" qui effectuent des transactions chaque jour, voire d’heure en heure. D’un autre côté, il y a la gestion "buy and hold" où l’on garde une valeur jusqu’à ce qu’elle soit mûre. Mais ne tombez pas dans le piège de conserver une action trop longtemps en cas de pomme pourrie. Les stratégistes conseillent d’établir ses propres règles selon son profil de risque pour savoir quand prendre vos bénéfices ou couper votre perte. Pour vous simplifier le processus de décision, vous pouvez par exemple fixer la barre symbolique de 10% de gain ou de perte comme signal d’alarme. Cela vous oblige à être rigoureux et vous évite d’être trop soumis à vos émotions. À vous de jouer.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content