A$ian Rocky, créatif sans limite

©Dieter Telemans

Ils n’ont pas encore trente ans mais sont déjà des pointures dans leur domaine. Chaque samedi durant cinq semaines, L’Echo part à la rencontre de jeunes belges bourrés de talent. Rencontre cette semaine avec A$ian Rocky, un vidéaste et artiste qui a conquis tout le monde, du rap belge à la RTBF.

Définir A$ian Rocky n’est pas simple. Lui le fera néanmoins en une phrase: "Je suis un freelance créatif, surtout spécialisé dans l’audiovisuel", lance-t-il. La description de base tient effectivement en une phrase. Mais pour ce qui est de son emploi du temps concret, ça se complique un peu. À 28 ans, A$ian Rocky multiplie les casquettes. Réalisateur de clips musicaux, guitariste, producteur musical, cofondateur du groupe ULYSSE, photographe à ses heures perdues, le créatif ne s’arrête jamais. Et pour cela, il ne s’entoure pas de n’importe qui. Seulement quatre ans après sa sortie des bancs de l’école de communication de l’IHECS, A$ian Rocky a pris l’habitude de travailler avec des pointures. Il est devenu un spécialiste de la réalisation de clips musicaux, principalement de rap. Ses clients se nomment Caballero & JeanJass, Zwangere Guy ou Roméo Elvis. Pour ce dernier, il a notamment réalisé le dernier clip "Soleil", salué par un paquet de médias dont "les Inrocks".

Profil
  • Âge: 28 ans.
  • Formation: diplômé en communication de l’IHECS.
  • Fonction: vidéaste, cofondateur du groupe ULYSSE, DJ-guitariste de Roméo Elvis…
  • Plus beau succès: son clip de la chanson "Bruxelles arrive", visionné plus de 18 millions de fois sur YouTube.

Une sorte de délire artistique où le rappeur présente son histoire d’amour avec son chien et qui est réalisé en collaboration avec Brice VDH, un réalisateur reconnu, déjà derrière la caméra pour des clips de Julien Doré et Angèle. Pour les non-initiés, ces rappeurs sont aujourd’hui parmi les plus réputés sur la scène belge. Un rapide coup d’œil sur YouTube permet de comprendre le phénomène. Sorti il y a un mois, "Soleil" approche déjà des 5 millions de vues, le morceau "Bruxelles arrive" de Roméo Elvis en featuring avec Caballero pointe, lui, à 18 millions. "Cela fait effectivement plaisir de voir ce succès, mais le nombre de vues est essentiellement dû à l’artiste", relativise A$ian Rocky.

Le clip "Soleil"

Le jeune homme a néanmoins du talent. Aussi un certain culot. S’il en est là aujourd’hui, c’est grâce à sa rencontre avec le rappeur Caballero, dans un tram bruxellois. "Je venais de sortir de mes études. Quand je l’ai vu, j’ai été le féliciter pour son dernier morceau. Sur le coup, je n’ai pas osé lui dire que je faisais de la vidéo. Le soir même, je m’en suis voulu et je l’ai recontacté via Facebook. Je lui ai alors proposé de faire son prochain clip, gratuitement. Je n’étais même pas certain d’en être capable mais je me suis dit qu’il fallait le tenter", sourit encore le jeune réalisateur.

Grand format
Dans la gueule du rap belge

Pourquoi «notre» rap a-t-il la cote? À quoi ressemble la scène actuelle? Qui sont ses principaux protagonistes? Petit tableau d’un paysage musical fourmillant. → C'est ici

Les vues plutôt que les billets

Le clip "Bruxelles arrive"

Le succès sera finalement au rendez-vous et lui permettra de rencontrer tous ses prochains clients. C’est simple, aujourd’hui, il ne doit même plus les chercher et est contacté spontanément par les artistes à la recherche de jolies images à coller à leur chanson. Mais si les millions de vues s’enchaînent sur ses créations, cela ne se traduit pas forcément sur son compte en banque. "Le budget pour ‘Bruxelles arrive’ était de 750 euros, tout compris", rigole A$ian Rocky.

Pour s’assurer des rentrées un poil plus conséquentes, il effectue en parallèle des vidéos plus commerciales. Il a notamment déjà travaillé pour Disney ou encore L’Oréal. Pas vraiment ce qu’il préfère faire, mais cela paye plutôt bien. Il peut ainsi parfois gagner en un jour ce que lui rapporte un mois de travail sur un clip. "J’appelle cela des projets alimentaires", se marre le créatif. L’homme n’est visiblement pas du genre à courir après l’argent. "Je veux avant tout faire ce qui me plaît. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment de projets définis ou d’ambition de carrière. Je prends les choses comme elles viennent", explique-t-il simplement.

Une philosophie qui lui permet de toucher à tout. À la photo aussi, par exemple. Une autre de ses énièmes passions. Il en parle presque comme un détail, mais il a déjà sorti quelques beaux clichés dont une couverture de magazine avec une certaine Angèle. Aujourd’hui, son capital se limite à son matériel. Le jeune créatif loue un bureau dans un espace partagé et a gardé un statut d’indépendant. Simple et le plus efficace, selon lui. "J’ai déjà pensé à passer en société mais l’aspect business est celui que je maîtrise le moins. Je préfère donc garder les choses aussi simples que possible. Je ne me vois pas engager des employés qui me forceront à faire rentrer l’argent et accepter des projets qui ne me motivent pas spécialement."

Entre caméra et scène

Spécialiste pour mettre les rappeurs en image, A$ian Rocky n’est pas que doué avec une caméra entre les mains. Il se débrouille aussi plutôt très bien avec une guitare et un synthé. Avec deux amis, il a lancé durant quatre ans ULYSSE, son propre groupe. Le projet, aujourd’hui en pause, compte à son actif trois EP et une série de concerts au Botanique, à l’ancienne Belgique et une petite tournée de festivals, comprenant des dates aux Ardentes et aux Francofolies de Spa. "Nous avions tous les trois un tas d’activités à côté. Lorsque l’on se voyait, cela nous imposait une pression pour produire, ce qui était mauvais pour la créativité. On a donc préféré mettre le projet entre parenthèses."

"Je veux avant tout faire ce qui me plaît. Je n’ai d’ailleurs pas vraiment de projets définis ou d’ambition de carrière. Je prends les choses comme elles viennent."

Son agenda continue toutefois à déborder. Surtout depuis un an. A$ian Rocky est désormais le DJ-guitariste de Roméo Elvis. "Pour le moment, on enchaîne tous les festivals. Habituellement, nous avons trois concerts sur le week-end. La fin de l’été sera plus calme mais on enchaîne ensuite avec une tournée des Zenith en France", glisse encore le jeune homme.

Chez A$ian Rocky, la musique est donc partout. Enfin presque. Elle devrait se faire un peu plus timide dans quelques mois. Son travail intéresse désormais d’autres milieux. "Avec deux amis, on vient de remporter un appel à candidatures de la RTBF pour un projet de capsules vidéos, uniquement sur Instagram. Cela portera sur les Belges venus d’ailleurs. Je me suis inspiré de l’histoire de mes parents qui ont fui le Vietnam et le régime communiste", explique-t-il. Le projet lui tient visiblement à cœur. "Je pense en faire un documentaire plus long. Cela sera peut-être pour plus tard. Ces sujets sont toujours abordés avec lourdeur, je pense qu’il est possible de trouver un autre ton, plus accessible, tout en gardant le fond du message", ajoute l’artiste.

Changement de registre en perspective? "C’est effectivement une thématique plus sérieuse mais je ne veux pas me donner de limites." Juste une activité de plus donc.


Lire également

Publicité
Publicité