Le marché de l'hybride de société risque d'être anéanti

©REUTERS

Alors que les constructeurs affirment que leurs véhicules sont de "vraies hybrides", le gouvernement entend faire la distinction entre hybrides et "fausses hybrides". La mesure va influencer négativement les calculs de déductibilité et d'avantage en nature des véhicules de société.

La défense est connue: "toutes nos voitures sont des vraies hybrides", nous a-t-on dit à plusieurs reprises chez les constructeurs. Ce qui fait d’une voiture hybride rechargeable une fausse hybride, c'est sa mauvaise utilisation, nous explique-t-on ajoutant qu’il ne "faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain". Tout le monde connaît en effet quelqu’un qui "joue le jeu" avec son véhicule hybride: typiquement il habite dans la région de Bruxelles et roule l’essentiel du temps à l’électrique.

Dans le cadre de la réforme de l'Isoc, le gouvernement s'attaque en effet aux "faux" véhicules hybrides

4.419 €
Une Volvo XC 90 hybride à 49g de CO2 revient à 2.789 euros d’ATN. Taxée comme une essence, elle coûtera 7.208 euros soit 4.419 euros de plus par an.

L'effet sur le marché va être considérable et certain. Si le texte est appliqué tel quel, tous les véhicules hybrides rechargeables que nous avons passés en revue ne rentrent plus dans les critères.

Comme aux Pays-Bas, le marché risque donc d’être anéanti du jour au lendemain alors que le marché connaît une très belle croissance. En Belgique, 16.702 véhicules hybrides ont été commercialisés sur les 8 premiers mois de l’année. Soit plus que sur toute l’année 2016. Un marché qui avait auparavant été multiplié par cinq en 6 ans.

©MEDIAFIN

Premium dans le viseur

Pionnier en la matière, Toyota est la marque qui écoule le plus de véhicules hybrides dans le pays: 6.403 véhicules sur 8 mois pour être précis. 

Le cabinet Van Overtveldt a précisé ce mardi matin à Belga que la fin de l'avantage fiscal ne concernera que l'hybride rechargeable et pas l'hybride classique ou "full hybrid".

Ce qui n'était pas le cas dans le texte que nous avions pu consulter. On nous confirme à bonne source qu'une version du texte traitant tous les hybrides sur un pied d'égalité a circulé et qu'ensuite le cabinet a revu sa copie.

Les marques vendant principalement de l'"hybride classique" comme le n°1 du secteur Toyota seront donc épargnées pour la majorité de leurs ventes.

Le top 3 du véhicule hybride sur 8 mois est composé dans l’ordre, de la Toyota C-HR (2.031 véhicules), suivie de la Toyota Auris (1.628) puis de la Mercedes GLC (1.316). Mais la marque japonaise s’adresse davantage que les marques premium au marché des particuliers qui n’est pas impacté par la mesure.

Les véhicules hybrides de BMW (3.358 immatriculations sur 8 mois) et Mercedes (1.908) seront les premiers touchés. Il s’agit essentiellement de véhicules plug-in hybrid très intéressants en voitures de société tant au point de vue de l’avantage de toute nature (ATN) que de la déductibilité. Ce type de véhicule devrait particulièrement souffrir de la mesure.

Toyota sera aussi touché via sa marque Lexus qui a écoulé 1.161 hybrides depuis le début de l’année dont 558 NX300H.

Enfin, le cas de Porsche est emblématique. La marque a vendu 2.448 voitures sur 8 mois tous modèles confondus, dont 711 plug-in hybrid (389 Cayenne et 322 Panamera), rien que ça.

©MEDIAFIN

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect