Publicité

Dexia trouve un préaccord avec la bad bank Heta

Karel De Boeck, l'administrateur délégué: "Dexia a dégagé un résultat net part du groupe de -55 millions au 1er trimestre, marqué par le poids des taxes et contributions, qui représentent plus de la moitié des coûts comptabilisés sur le trimestre." ©Jonas Roosens

Dexia a trouvé un préaccord avec la bad bank autrichienne Heta, envers laquelle elle est exposée pour 395 millions d'euros. Le groupe franco-belge encaisse, par ailleurs, pour le 1er trimestre, une perte nette de 55 millions d'euros, à cause des taxes et contributions.

Pour le 1er trimestre, Dexia  présente un résultat net récurrent qui consiste en une perte de 90 millions d'euros. En cause, des taxes et contributions qui pèsent pour 72 millions d'euros, en application de la norme IFRIC 21. Le résultat net part du groupe trimestriel plonge à 55 millions d'euros. Pour rappel, Dexia avait bouclé 2015 avec un bénéfice net - le premier de son histoire - de 163 millions.

• Dans le détail, -90 millions sont donc attribuables au résultat net récurrent,  -14 millions sont dus à des éléments de volatilité comptable et  47 millions reviennent au résultat non récurrent (notamment des gains liés à des litiges, ainsi que des gains sur cessions d’actifs et de passifs).

Fin mars, le total de bilan du groupe s’élevait à 237,5 milliards d'euros, en hausse de 7,3 milliards par rapport au 31 décembre 2015. Cette progression est due à une augmentation de la juste valeur des actifs et des dérivés, ainsi qu'à une progression de la réserve de liquidités auprès des banques centrales.

• Consultez le communiqué de Dexia

Qu'en dit Robert de Metz, président du conseil d’administration? "L’augmentation de la taille du bilan illustre une fois encore la sensibilité du groupe à l’évolution de son environnement financier. Néanmoins, le groupe poursuit ses efforts de réduction des portefeuilles d’actifs, en baisse de 3,8 milliards d'euros ce trimestre."

Les fonds propres Common Equity Tier 1 s’établissent à 7,520 milliards, contre 8,180 milliards au 31 décembre 2015, notamment à cause de la perte accusée sur le trimestre. Le ratio de solvabilité Common Equity Tier 1 est de 14,6%.

Un accord avec la "bad bank" Heta

Le coût du risque sur le trimestre est de -8 millions, faible donc. Et alors que la provision relative à l’exposition à la banque autrichienne Heta restait à 176 millions d'euros dans les comptes présentés ce mercredi, Dexia et plus de 70 autres créanciers ont trouvé un préaccord avec la "bad bank" autrichienne pour solder leur différend. Dexia a été exposée à 395 millions d'euros via sa filiale allemande Dexia Kommunalbank Deutschland.

Le protocole d'accord conclu prévoit le principe d'un échange des titres émis par Heta et détenus par les créanciers contre des obligations zéro-coupon d'une maturité d'environ 13,5 ans, émises par le Land de Carinthie via une entité spécifique, et qui bénéficieront de la garantie explicite de la République d'Autriche.

La finalisation de l'offre est attendue d'ici à la fin septembre 2016. Sur la base des termes décrits dans le protocole d'accord, Dexia pourrait enregistrer dans ses comptes un impact positif de l'ordre de 130 à 140 millions d'euros.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés