AB InBev s'attend à poursuivre sa "forte croissance" en 2019

©REUTERS

Après un quatrième trimestre supérieur aux attentes des analystes, AB InBev évoque pour 2019 une forte croissance de ses produits et de l'Ebitda. Un solde sur dividende d'un euro sera distribué. Le titre a pris 4,08% ce jeudi à la Bourse de Bruxelles.

A l’issue de son quatrième trimestre, AB InBev a légèrement dépassé les estimations des analystes. Ses ventes progressent (en croissance interne) de 5,3% à 14,25 milliards de dollars alors que les volumes globaux augmentent seulement de 0,3%. L’Ebitda, pour sa part, s’établit à 6,16 milliards de dollars (+10%).

Sur l’ensemble de l’année, le chiffre d’affaires atteint 54,62 milliards (+4,8%) et l’Ebitda 22,08 milliards (+7,9%). Le bénéfice normalisé, par contre, accuse un repli de 15% à 6,79 milliards pour des raisons comptables liées à la valeur des actions AB InBev. En dehors de cet effet, il croît de 4,7%.

Comme prévu, un solde sur dividende de 1 euro par action sera distribué. "Nous nous attendons à une hausse des dividendes au fil du temps, mais la croissance à court terme devrait toutefois être modeste compte tenu de nos engagements en matière de désendettement" a précisé le groupe dans un communiqué.

Progression aux Etats-Unis

Le numéro un mondial de la bière met en avant notamment, pour 2018, le croissance des volumes, des produits et des parts de marché sur nombre de ses marchés importants. Aux Etats-Unis, où il constatait une certaine faiblesse ces dernières années, il a réalisé sa meilleure progression en termes de parts de marché depuis 2012.

Par contre, les performances ont été inférieures à ses attentes en Argentine, au Brésil et en Afrique du Sud à cause d’un contexte macroéconomique faible. Comme on le sait, le groupe a aussi subi la volatilité des devises défavorables sur les marchés émergents.

Endettement et prévisions

Point essentiel pour la santé d’AB InBev: son lourd endettement. Le ratio dette nette sur Ebitda est passé de 4,8 fin 2017 à 4,6 douze mois plus tard. Il prévoit un ratio inférieur à 4 d’ici à fin 2020. En 2019, le coupon moyen de la dette nette devrait se situer entre 3,75% et 4%.

Pour l'exercice en cours, le groupe dirigé par Carlos Brito prévoit de continuer à réaliser une "forte croissance" de ses produits et de l’Ebitda sans donner de chiffres précis. "Nous devrions enregistrer une croissance des produits par hectolitre supérieure à l’inflation grâce à la premiumisation et aux initiatives de gestion des revenus, tout en maintenant les coûts en dessous de l’inflation" affirme AB InBev. Les synergies provenant du rachat de SABMiller sont maintenues à 3,2 milliards de dollars.

Lire également

Publicité
Publicité