Dans les clous en début d'année, Bekaert voit la situation se détériorer

©BELGA

Les chiffres semestriels de Bekaert sont conformes aux attentes du marché mais le producteur de fils et de câbles en acier voit la situation se détériorer au second semestre.

Bekaert a dégagé, à l’issue du premier semestre, un chiffre d’affaires de 2,22 milliards d’euros en hausse de 3% et conforme aux prévisions des analystes. Conforme aussi le résultat opérationnel (Ebit) de 126 millions d’euros qui a progressé de 15 millions par rapport à la période correspondante de l’exercice précédent. La marge s’améliore passant de de 5,1% à 5,7%. De son côté, l’Ebitda sous-jacent est un chouïa supérieur aux estimations à 239 millions d’euros (+12%) avec une marge à 10,8%.

"En dépit de conditions de marché difficiles, Bekaert a amélioré sa performance financière au premier semestre" souligne le tréfileur dans un communiqué. Son endettement s’est également allégé avec un ratio sur Ebitda qui s’élevait à 2,6 fin juin contre 3,1 un an plus tôt.

Second semestre ardu

Au premier semestre, Bekaert s’est trouvé confronté aux conséquences des tensions et des changements de politiques commerciales et à une baisse globale de la demande sur les marchés industriels et agricole, explique-t-il. Le groupe a dû aussi subir l'effet défavorable de la valorisation des stocks résultant de la baisse des prix des matières premières et l'impact des actions sociales en Belgique suite à l'annonce des plans de restructuration.

Le reste de l’année s’annonce ardu. "La situation des affaires dans divers secteurs tend à se détériorer en raison de l'incertitude persistante" souligne le groupe coté sur Euronext Bruxelles.  "Nous ne prévoyons pas de reprise dans nos marchés de l'agriculture, d’équipement automobile d'origine (OEM) e tindustriels dans un avenir proche. Nous prévoyons que les marchés des pneumatiques et de la construction se maintiennent, mais de pair avec la saisonnalité habituelle du second semestre."

Malgré la saisonnalité et le ralentissement de la demande dans divers secteurs, Bekaert va continuer à se concentrer sur l'amélioration de la marge Ebit sous-jacent en glissement annuel, "à mesure que nous  redresserons progressivement la marge au-dessus de 7% à moyen terme".


Lire également

Publicité
Publicité