L'e-commerce aux États-Unis plombe Balta

Balta, qui a lancé un avertissement sur résultats en décembre dernier, ne donne pas de prévisions pour l'exercice en cours. © Sofie Van Hoof

Le déploiement des activités de commerce en ligne de Balta aux États-Unis est plus lent et plus cher que prévu et pèse sur l'Ebitda. Le groupe passe le dividende et ne donne pas de prévisions pour 2020.

En décembre dernier, Balta lançait un avertissement sur résultats: son Ebitda ne serait pas d’un niveau égal à celui de 2018 comme anticipé, mais inférieur de 5 à 9% ("mid-to-high-single digit").

Ce matin, le spécialiste des revêtements de sol textiles a bel et bien confirmé cette tendance, le recul se situant toutefois dans le bas de la fourchette à -5,7% pour un Ebitda à 74,4 millions d’euros. Il se révèle supérieur aux estimations de KBC Securities qui tablait sur un chiffre de 71,7 millions d’euros. 

"Le développement de notre division e-commerce aux États-Unis a nécessité des coûts plus élevés et a été plus lent que prévu, ajoutant certains défis opérationnels qui ont impacté nos résultats tout au long de l'année", s’est justifié Cyrille Ragoucy, le CEO de Balta dans un communiqué.

Ratio d'endettement de 4

Avec un chiffre d’affaires annuel de 671,2 millions d’euros, en hausse de 3,9%, la marge Ebitda atteint 11,1% en baisse par rapport à l’an dernier (12,2%). Balta fait état d’une solide croissance de l’Ebitda dans ses divisions "Commercial" (+13,7%) et "Résidentiel" (+27,5%). Par contre, pour les "Tapis",  il a chuté de 42,2% en raison de plusieurs ajustements exceptionnels.

Au final, le résultat opérationnel accuse un repli de 14,5% à 28,1 millions d'euros tandis que le bénéfice, lui, bondit de 65% à 10,4 millions d'euros.

Du côté du bilan, la dette nette est en légère hausse à 313,7 millions d’euros, incluant un effet IFRS 16 de 44,7 millions d’euros. Le ratio d’endettement s’élève à 4 contre 3,6 fin 2018 hors effet IFRS 16.

Pas de dividende

Étant donné les investissements dans la croissance et les initiatives de réduction des coûts dans le cadre du programme NEXT combiné à un ratio d’endettement supérieur à 3, le conseil d’administration a décidé de ne pas payer de dividende cette année.

Balta ne fournit pas, non plus, de prévisions pour l’exercice en cours.

Lire également

Publicité
Publicité