Résultats semestriels en demi-teinte chez CFE

©DEME

Avec un résultat opérationnel en baisse de 21% et un endettement financier net en hausse de 28% proche du milliard d’euros, on ne peut pas dire que les chiffres clés du premier semestre sont au beau fixe au niveau du groupe CFE. Mais la direction dit sortir son épingle du jeu face à la concurrence et promet une embellie avant la fin de l’année.

Chez CFE , où l’on affiche un chiffre d’affaires semestriel de 1,848 milliard d’euros et un Ebitda de 207 millions pour un résultat net part de groupe de 42,7 millions, on insiste d’emblée pour que les comptes affichés à mi-exercice soient ventilés par pôle (trois) tant les scénarios vécus sont pour l’instant différents.

Pôle dragage: résultats inférieurs aux prévisions, mais Ebitda rassurant

Le plus important (1,349 milliard d’euros de chiffre d’affaires), le pôle dragage, environnement et activités offshore, exercé par sa filiale à 100% DEME affiche, de l’avis même d’une source interne, des résultats "inférieurs aux prévisions des analystes, mais bien meilleurs que la concurrence directe". Pour expliquer cette sous-performance, sont évoquées des difficultés conjoncturelles liées notamment au marché pétrolier, fortement en baisse pour l’instant et où les investissements sont à l’avenant. "La flotte, lourde en investissements financiers (253 millions), est pour l’instant sous-employée; mais on limite les baisses de profit dans une conjoncture peu porteuse sur le segment pétrolier", commente la direction.

Mais, rassure-t-elle, le carnet de commande reste quasi constant, autour de 4 milliards d’euros en valeur, et le secteur de l’off-shore wind reste prometteur. "Le plus important, c’est que l’Ebitda sur lequel nous tablons pour 2019 sera proche de celui de l’an dernier, autour de 17,3%. Cela fait maintenant 17 ans que je suis chez DEME et je puis vous assurer que c’est un résultat dont on n’a pas à rougir", résume Renaud Bentégeat, administrateur du Groupe CFE.

Pôle contracting: correction positive attendue et alignement avec 2018

Le résultat opérationnel affiché par le pôle contracting est, de l’avis même de CFE, assez médiocre: avec 1,4 million d’euros avant imposition, on obtient un résultat net négatif. Sont évoqués des problèmes dans le secteur ferroviaire et une augmentation significative des prix des sous-traitants vu la bonne tenue du marché. "Sur l’ensemble de l’année, nous pensons néanmoins que le résultat opérationnel sera corrigé positivement pour toiser celui de 2018", risque Renaud Bentégeat. Avec un chiffre d’affaires dépassant aujourd’hui la barre du demi-milliard d’euros (+7%), ce ne serait que normal.

Pôle promotion immobilière: opérations non comptabilisées à mi-exercice

Pour le pôle immobilier, qui affiche pourtant un chiffre d’affaires intermédiaire en chute libre (-68%), à 24 millions d’euros, celui-ci se montre pourtant plus optimiste encore: "Je peux vous garantir qu’on fera encore mieux que l’an dernier", assure-t-il, en évoquant des opérations récemment réalisées et non reprises dans les bilans semestriels. 75 projets sont actuellement en construction chez BPI, la filiale de promotion immobilière du groupe CFE.

Lire également

Publicité
Publicité