ABO Group veut grandir en Wallonie

Frank De Palmenaer, le CEO d'ABO Group ©Wim Kempenaers (WKB)

ABO Group, le bureau d’ingénierie belge coté vise une nouvelle croissance à deux chiffres cette année après un très bon cru 2017. Il va recruter une centaine de personnes.

Le bureau d’ingénieurs ABO Group veut se développer davantage en Wallonie. Coté sur Euronext Bruxelles, le groupe actif dans la consultance, le testing et l’engineering dans les secteurs de la construction, de l’environnement et de l’énergie, table sur l’effet du nouveau décret sol wallon qui entrera en vigueur au premier janvier prochain. Ce décret modifie les faits générateurs de l’obligation de réaliser une étude d’orientation, une des spécialités d’ABO.

"Nous voulons nous positionner sur ce marché et nous agrandir au sud du pays, où nous allons recruter."
Amandine D’Haese
responsable ABO Group pour la Wallonie et la Région bruxelloise

"Cela va augmenter le rythme d’occurrence des études de sol: il y aura donc davantage de travail pour les bureaux d’étude", explique Amandine D’Haese, la responsable du bureau pour la Wallonie et la Région bruxelloise. "Nous voulons nous positionner sur ce marché et nous agrandir au sud du pays, où nous allons recruter." L’équipe régionale basée à Namèche devrait passer de 15 à 25 experts. ABO projette également de déployer ses compétences en géotechnique de pointe en Wallonie.

Globalement, le bureau a aussi le vent en poupe. Il a terminé l’exercice 2017 sur un chiffre d’affaires en hausse de 20% à 44,1 millions d’euros, un bénéfice opérationnel en progression de 80% (2,9 millions) et un profit net amélioré de 38% (1 million). La croissance des revenus provient pour 6,5% des acquisitions et pour 13,5% de l’organique. Elle s’est faite à deux chiffres sur les trois principaux marchés du groupe: Belgique, France et Pays-Bas. Par métier, les activités géotechniques ont enregistré la plus forte progression.

Pour 2018, ABO veut encore renforcer sa position par acquisitions sur ses trois marchés phares. Il maintient son objectif de croissance à deux chiffres et vise un chiffre d’affaires de 50 millions d’euros avec une marge opérationnelle avant amortissements de 10%.

"Nous avons engagé une centaine de personnes l’an dernier et on devrait faire de même en 2018."
Frank De Palmenaer
CEO d'ABO Group

Le groupe créé il y a 22 ans suite à l’adoption du premier décret sol en Flandre emploie aujourd’hui 450 collaborateurs. "Nous avons engagé une centaine de personnes l’an dernier et on devrait faire de même en 2018", souligne son CEO Frank De Palmenaer.

"Notre activité se développe très fort aux Pays-Bas et en France, où on attend un effet Macron positif. Nous menons aussi des projets importants à l’international, tel qu’un gros projet géotechnique lancé en Ouganda au 2e trimestre 2017." ABO participe aussi à des initiatives de R&D: en Wallonie, il a planché récemment sur "Smart Water", un projet d’étude visant la reconversion d’anciennes carrières et mines en zones de stockage d’eau ou d’énergie.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content