Avertissement sur résultats pour Tessenderlo

Luc Tack, l'actionnaire principal de Tessenderlo. ©Thomas De Boever

Le groupe chimique Tessenderlo a revu à la baisse sa prévision d'Ebitda récurrent pour 2018. Ses chiffres semestriels sont en baisse.

Alors que ses principaux chiffres-clés pour le premier semestre sont en recul (lire plus bas), le groupe chimique Tessenderlo tempère ses prévisions pour l’ensemble de l’année. Il tablait, jusqu’ici, sur un Ebitda récurrent qui devait être en ligne avec celui de 2017. En raison de l’évolution du taux de change dollar/euro et du prix des matières premières, il estime désormais qu’il sera inférieur à celui de l’an dernier. Toutefois, il pourrait quand même s’aligner sur celui de l’an dernier si la transaction concernant T-Power est achevée avant la fin septembre . Cette opération lui permettrait en effet d’inclure le Rebitda du dernier trimestre de celle-ci dans celui de Tessenderlo.

Le groupe tient à souligner qu’il évolue actuellement dans un environnement politique, économique et financier volatil.

Bénéfice gonflé par les changes

A l’issue du deuxième trimestre, Tessenderlo a vu son chiffre d’affaires s’éroder de 1,5% à 456,6 millions d’euros. Hors effets de change, il progresse de 2,9%. Sur le semestre, il baisse de 6,1% (-1,5% hors effets de change) à 840,2 millions d’euros, un niveau inférieur aux attentes du marché. Même constat pour l’Ebitda récurrent qui recule de 17% à 100,1 millions d’euros, soit dix millions de moins que ce que les analystes anticipaient. Sur le deuxième trimestre uniquement, il se contracte de 5,3% à 62,3 millions d’euros.

Le bénéfice net semestriel, par contre, passe de 17,1 millions d’euros à 54,9 millions un peu mieux qu’anticipé. Bémol: ce chiffre est influencé par des pertes et gains de change principalement via des prêts non-couverts au sein de l’entreprise en dollars et livres sterling notamment. Sans cet effet, le résultat net tournerait autour de 46 millions d’euros et celui du semestre correspondant de 2017 se serait élevé à 58 millions d’euros.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content