Celyad a des réserves jusqu'au premier semestre 2019

La biotech wallonne a publié ses résultats pour le compte de son exercice 2017. Celyad estime avoir les capacités financières pour mener à bien l'ensemble de ses programmes cliniques jusqu'au premier semestre 2019 et s'attend à vivre une année 2018 "passionnante".

Pour l'ensemble de son exercice 2017, Celyad a dégagé un chiffre d'affaires de 3,54 millions d'euros alors que les frais de recherche et de développement ont été contenu de 4,7 millions d'euros par rapport à l'année précédente, soit une facture R&D de 23 millions d'euros pour l'année 2017.

Au total, Celyad fait état d'une perte financière nette de 56,4 millions d'euros à la fin du mois de décembre 2017. Elle s'élevait à 23,6 millions un an plus tôt. Dans l'intervalle, Celyad explique qu'il a du composer avec des charges non récurrentes liées à la modification des accords conclus avec Celdara Medical LLC et Dartmouth College et à la dépréciation de l'actif C-Cure et de sa dette de 24,3 millions d'euros. Pour rappel, Celyad a décidé début février de renoncer à son programme C-Cure, un produit visant des affections cardiaques. La biotech refermait ainsi la page 'Cardio' de son histoire, préférant se concentrer  sur le traitement de certains cancers via la thérapie cellulaire.

Du cash jusqu'au premier semestre 2019

Fin 2017, la trésorerie et les dépôts à court terme de la biotech s'élevait à environ 34 millions d'euros. En ajoutant les paiements anticipés que Celyad devrait recevoir en 2018 de la part de ses partenaires, la société de Mont-Saint-Guibert, estime avoir suffisamment de moyens pour financer l'ensemble de ses programmes cliniques jusqu'au premier semestre 2019.

Pour l'année en cours, le patron de Celyad s'attend à un exercice "passionnant", notamment grâce à l'étude clinique THINK pour laquelle la biotech tentera d'"explorer les diverses conditions qui permettront de réussir notre essai d'enregistrement de phase 2", conclut Christian Homsy. 

Pour 2018, Celyad prévoit aussi de recevoir des revenus de sous-licence supplémentaires de la part de ses partenaires stratégiques, dont un certain Novartis. La société anticipe également une "augmentation raisonnable" de ses dépenses, principalement à destination des multiples essais cliniques menés dans le courant de l'année.

A noter encore que Celyad publiera son rapport annuel au début du mois d'avril.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content