Début d'année difficile pour Recticel

Au cours des trois premiers mois de l'année, Recticel a vu son chiffre d'affaires se contracter de 8%. Le groupe prévoit une amélioration pour la deuxième partie de l'année.

Recticel qui comme on le sait a aiguisé récemment l’appétit de son concurrent Kingspan a dégagé, au premier trimestre de l’année, un chiffre d’affaires combiné en baisse de 8% à 317,6 millions d’euros. Ce niveau est inférieur aux attentes de KBC Securities qui tablait sur un chiffre de 327,3 millions d’euros.

Cela résulte "de l’évolution défavorable des marchés automobile et mousses de confort qui a entraîné une baisse des volumes", a expliqué le CEO Olivier Chapelle dans un communiqué "et, d’autre part, de l’érosion des prix de vente sur les segments mousses souples et isolation en raison d’une baisse des prix des matières premières."

Seule la division isolation, celle qui intéresse principalement Kingpsan, a vu ses ventes croître en début d’année à 62,5 millions d’euros (+4%). Les mousses souples accusent le repli le plus sensible à 148 millions d’euros (-13,4%).

Quant à la dette financière nette, elle a quelque peu augmenté passant de 100,2 millions d’euros fin 2018 à 103,6 millions trois mois plus tard.

Amélioration au second semestre

Après le désinvestissement partiel dans Proseat intervenu fin de l’année dernière, le spécialiste des mousses de polyuréthane précise aujourd’hui qu’il continue à poursuivre activement le désinvestissement de sa division "automotive interiors".

En ce qui concerne l’offre de Kingspan, rien de neuf dans le communiqué qui se borne a rappeler les derniers développements dans ce dossier.

Pour le reste de l’année, Recticel signale que l’évolution de son carnet de commandes laisse présager une augmentation progressive du volume et du chiffre d’affaires. Il anticipe toutefois un environnement de marché défavorable au premier semestre 2019 et prévoit une amélioration pour la deuxième partie de l’année. Le groupe confirme sa guidance pour 2019 d’un Ebitda ajusté supérieur au niveau de 2018.

Lire également

Publicité
Publicité