Délesté du dossier autrichien, Dexia engrange les bénéfices

©BELGA

Dexia affiche 309 millions d'euros de bénéfice au 3e trimestre, dont 99 millions issus d'éléments récurrents.

309 millions d'euros. Tel est le résultat net enregistré par Dexia au cours du troisième trimestre, là où le bénéfice ressortait à 127 millions un an plus tôt. Sur ce montant, 99 millions sont attribuables au résultat net récurrent; 176 millions sont issus de la volatilité comptable (ajustement de valeur en IFRS 13, valorisation des dérivés OTC, etc); enfin 34 millions sont issus d'éléments non récurrents, comme la vente de la tour parisienne de La Défense  (50 millions avant impôts) certes effacée partiellement par des prises de provisions pour litiges.

Le produit net bancaire s'établit à 72 millions d'euros là où les coûts s'améliorent sur un trimestre à -79 millions.

Dexia souligne aussi dans son communiqué l'impact positif de l'accord conclu en Autriche dans le dossier de Heta Asset Resolution AG, la bad bank autrichienne à laquelle Dexia était exposée à hauteur de 395 millions d'euros. Il cite les chiffres d'un effet positif de 136 millions d'euros sur le coût du risque.

Wouter Devriendt, CEO de Dexia ©BELGA

Après la progression notée au 1e semestre, le total du bilan du groupe s'élevait fin septembre à 233,5 milliards d'euros. Sur le trimestre, il a bénéficié d'une réduction du portefeuille d'actifs mais également d'une variation de change.

Les fonds propres "Common Equity Tier 1" de Dexia s’établissent à 7,96 milliards d'euros. Les actifs pondérés des risques s’élèvent à 46,4 milliards: 43,6 milliards au titre du risque de crédit, 1,8 milliard au titre du risque de marché et 1 milliard au titre du risque opérationnel. Dexia SA affiche donc un ratio de solvabilité de 17,2%.

Evolution du cash collateral

On le sait, Dexia s'est prémuni contre les fluctuations de taux. Mais cette protection a un coût: la poursuite de la baisse des taux d'intérêt a donc conduit à une nouvelle progression du montant de cash collateral versé aux contreparties de dérivés. Au 30 septembre, ce montant grimpait à 38,3 milliards d'euros contre 37,4 milliards fin juin.   

233,5 milliards d'euros
Le total du bilan du groupe s'élevait fin septembre à 233,5 milliards d'euros

L’encours des financements sécurisés de marché a diminué à 62,7 milliards. Dexia a aussi réduit son recours aux financements souscrits auprès de la BCE, ramenant l’encours total à 5 milliards (4 milliards de LTRO et 1 milliard de MRO). L’encours global de dette garantie s’inscrit en hausse, à 70,1 milliards; et ce afin de compenser la réduction des financements souscrits auprès de la BCE et de financer la progression du cash collatéral.


La réserve de liquidité de Dexia est donc de 16 milliards, dont 12,9 milliards sous forme d’actifs éligibles à la BCE.

Que s'est-il passé ce trimestre?

Au cours du 3e trimestre, a donc vu la mise en oeuvre de l'accord conclu avec l'Autriche dans le dossier Heta. Aux Pays-Bas, Dexia pourrait voir la facture augmenter dans le dossier de vente de produits de leasing d'action par la banque Labouchère, entité acquise en 2000 par Dexia. La Cour Suprême a en effet autorisé dans certains cas les plaignants réclamer une indemnité plus élevée que celle prévue par l'actuelle jurisprudence.

Enfin, une centralisation des activités espagnoles et portugaises a été opérée. Objectif: renforcer la résilience et limiter les dépenses opérationnelles.

Dexia poursuit donc sa mue. Son nouveau CEO, Wouter Devriendt entend encore revoir la gouvernance du groupe afin d'y intégrer également la responsabilité du "pilotage de la continuité opérationnelle", fonction centrale dans la résolution ordonnée du groupe. Cette responsabilité est exercée par Aline Bec. Guy Cools a lui remplacé Claude Piret en charge de la gestion des actifs.

"Le groupe poursuit l’adaptation de son modèle opérationnel", indique Robert de Metz, le président. "La centralisation des activités opérées en Espagne et au Portugal, réalisée à travers la fusion de Dexia Sabadell et de Dexia Crédit Local constitue à ce titre une étape importante. Ce transfert d’activités vers la plateforme parisienne du groupe permet de simplifier et de centraliser le fonctionnement opérationnel de Dexia tout en réduisant ses coûts."

Immeuble de Dexia à La Défense ©REUTERS

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés