Encore plus endetté, Nyrstar attend le second semestre

Hilmar Rode, le CEO de Nyrstar. ©Dieter Telemans

Ebitda en baisse, endettement en hausse, départ du directeur financier. Le premier trimestre n'a guère été très enthousiasmant chez Nyrstar qui attend un retournement de la tendance au second semestre de cette année.

Comme s’y attendait Wim Hoste, analyse chez KBC Securities, le premier trimestre n’a guère été très inspirant chez Nyrstar . L’Ebitda sous-jacent du groupe, qui atteint 54 millions d'euros, en baisse de 3 millions par rapport à la même période de 2017, est même largement en-deçà des attentes de l’analyste (65 millions d’euros).

Certes, le groupe a profité d’une hausse du prix du zinc de 23% et du démarrage de mines aux Etats-Unis mais ces bonnes nouvelles ont été compensées par une baisse des frais de traitement, une faiblesse substantielle du dollar face à l’euro, une contribution négative de la mine Myra Falls et des gains limités tirés de la hausse du zinc en raison de couvertures sur les prix ("hedging").

Le pôle de traitement des métaux a vu son Ebitda sous-jacent fondre de 14 millions d’euros à 49 millions d’euros. Par contre, pour les activités minières il est passé de 5 millions à 16 millions d’euros.

Nouveau CFO

En ce qui concerne le déploiement du site de production de Port Pirie, il est en avance sur le calendrier affirme Nyrstar. Il devrait générer un Ebitda d’au moins 40 millions au second semestre de 2018, de 100 millions en 2019 et de 130 millions en 2020. Le redémarrage de l’exploitation de la mine de Myra Falls se poursuit comme prévu avec une production de zinc attendue au second semestre de cette année.

Par contre, la dette du leader mondial du zinc s’est encore accrue. Elle s’élevait à 1,351 milliard d’euros à la fin du premier trimestre en hausse de 249 millions d’euros par rapport à la fin de l’année dernière. Chris Eger, le directeur financier de Nyrstar a décidé de quitter le groupe après 2 ans et demi passés en son sein. Il sera remplacé par Michel Abaza qui vient de chez Safran.

Malgré ce trimestre plutôt faible, Hilmar Rode, le CEO de Nyrstar reste confiant. "Nous continuons à tabler sur une amélioration substantielle des bénéfices et sur un mouvement vers la génération de cash flow libre au second semestre 2018 assure-t-il dans un communiqué. Et cela grâce à Port Pirie, au redémarrage de la mine de Myra Falls et à des améliorations dans la performance opérationnelle des activités minières et de fonderie."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content