GBL à l'affût des opportunités d'acquisitions

©David Plas

Le holding des familles Frère et Desmarais, qui vient de publier ses résultats au 30 septembre, dispose de 2,7 milliards d’euros de liquidités et espère pouvoir saisir des opportunités.

GBL affiche, au 30 septembre, un résultat net consolidé de 464 millions d’euros, en nette baisse par rapport aux 9 premiers mois de 2017, mais qui s’explique essentiellement par un changement de normes IFRS qui ne permet plus de reconnaître, comme par le passé, les plus-values réalisées sur les cessions de ses participations. Les ‘cash earnings’, élément-clé pour un holding, progressent eux de 2,8%, pour atteindre 380 millions d’euros. "Et GBL a généré sur les 12 derniers mois un rendement total pour les actionnaires de 4,8%, superformant les 0,4% de son indice de référence, le Stoxx Europe 50", souligne Ian Gallienne, un des deux administrateurs du groupe.

"Nous trouvons qu’un certain nombre de sociétés sont devenues peu chères."
Ian Gallienne
administrateur délégué de GBL

Dans un environnement de marché très volatil, le holding, qui dispose de 2,7 milliards de liquidités (595 millions d’euros de trésorerie brute et 2,15 milliards de lignes de crédit non tirées, pourrait profiter de la correction boursière pour acheter. "Nous sommes prudents, et nous voudrions avoir un peu plus de visibilité, mais nous sommes des investisseurs, et nous trouvons qu’un certain nombre de sociétés sont devenues peu chères, explique Ian Gallienne. Et dans notre logique de diversification, nous cherchons à investir dans des secteurs qui apportent une certaine résilience." Une recherche de résilience qui explique que Sienna Capital a investi en juillet 250 millions dans Upfield (ex-Flora Food Group) et qu’Ergon Capital Partners III a finalisé au troisième trimestre l’acquisition de Beltaste-Vanreusel.

Le conseil d’administration de GBL, qui s’est réuni mardi a coopté Agnès Touraine comme administrateur indépendant, en remplacement de Christine Morin-Postel, décédée le 21 juillet. Présidente de l’Institut français des administrateurs, mais aussi administratrice de Proximus, Agnès Touraine va apporter à GBL à la fois des compétences en matière de gouvernance et de transformation numérique.

Lire également

Publicité
Publicité