L'Entresto et Alcon pèsent sur les résultats de Novartis

©Bloomberg

Le résultat opérationnel du géant pharmaceutique suisse s'est contracté de 22% à 1,9 milliard de dollars au premier trimestre. Le groupe a toutefois confirmé ses perspectives pour 2017.

Le géant pharmaceutique suisse Novartis a vu son bénéfice net reculer de 17% au premier trimestre, à 1,6 milliard de dollars (1,5 milliard d'euros) face à la concurrence des médicaments génériques et au poids des dépenses d'investissements.

Son résultat opérationnel s'est contracté de 22% à 1,9 milliard de dollars en raison des frais liés au lancement de l'Entresto, son traitement à fort potentiel contre l'insuffisance cardiaque, ainsi que des projets pour relancer la croissance d'Alcon, sa branche spécialisée dans l'ophtalmologie.

Le groupe bâlois a également attribué ce repli à une charge liée à l'abandon du RLX030, un traitement à l'étude contre les défaillances cardiaques sévères qui n'a pas obtenu les résultats espérés lors des essais cliniques.

Les moteurs de croissance, dont Cosentyx et Entresto, ont plus que compensé l'érosion causée par les génériques.
Joseph Jimenez
Directeur général de Novartis

Son chiffre d'affaires s'est replié de 1%, à 11,5 milliards, malgré une hausse de 2% en monnaies locales, ses nouveaux médicaments ayant contribué à compenser l'effet des génériques qui a pesé à hauteur de 3%.

Le groupe a souligné la bonne tenue des traitements qui doivent prendre le relais de sa croissance, tels que Cosentyx, un traitement contre le psoriasis, une maladie de peau, dont les ventes ont bondi de 136% à taux de change constants.

Perspectives confirmées

Confronté comme de nombreux géants de la pharmacie à une vague d'expirations de brevets, le groupe suisse avait multiplié les lancements de nouveaux médicaments. Le trimestre a notamment été marqué par l'homologation et le lancement aux États-Unis de Kisqali pour une forme de cancer du sein. "Cette évolution conforte notre confiance dans la prochaine phase de croissance, qui devrait débuter en 2018", a ajouté le directeur général de Novartis Joseph Jimenez.

Le groupe a confirmé les perspectives pour 2017 tablant notamment sur une stabilité de son chiffre d'affaires à taux de change constant avec une évolution "en phase" avec l'exercice précédent.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés