La position de Lotus: gâter ses actionnaires

©Photo News

Lotus Bakeries a décidé de majorer son dividende de 49% à 29 euros brut par action au titre de l'exercice 2018.

En 2018, Lotus Bakeries a vu son chiffre d’affaires progresser de 6,2% (+7% à taux de change constants) à 556,4 millions d’euros. Au second semestre, la hausse atteint 9%.

Cette progression vient de la croissance interne de plus de 5% et de l’acquisition de Kiddylicious qui est consolidé depuis août 2018. La majeure partie de la croissance interne en valeur absolue est venue cette année de Lotus Biscoff. L’internationalisation de Lotus Biscoff et Lotus Biscoff Spread reste un pilier de croissance robuste souligne le groupe dans un communiqué.

Le résultat d’exploitation récurrent (Rebit) suit le mouvement (+6,4%) à 95 millions d’euros toute comme le Rebitda (+5,8%) à 110,3 millions d’euros. Avec des pourcentages de respectivement 17,1% (Rebit) et de 19,8% (Rebitda), Lotus confirme à nouveau que la solide croissance va de pair avec une rentabilité stable et élevée, se félicite le groupe.

De son côté, le résultat net passe de 64,6 millions d’euros à 67,9 millions, une progression de 5%.

Bond du coupon

"La croissance externe est possible"

Interrogé, le patron de Lotus Bakeries, Jan Boone, revient sur les ambitions de croissance du groupe. "Nous avons un bilan solide donc la croissance externe est possible". Pour l'heure, rien dans le pipeline et probablement rien de concret cette année. Le patron se veut concentré sur l'ouverture des deux usines.

Et comment se prépare le groupe au Brexit? "Nous sommes prêts pour un Brexit dur, même si cela ne jouera pas en notre faveur. Nous exportons des produits du Royaume-Uni vers l'Europe et inversement", explique Jan Boone. "Si le Royaume-Uni devait sombrer dans une vague protectionniste, ce serait tout bon pour nos snacks naturels mais un problème pour nos spéculoos. Il y a donc une sorte de couverture naturelle." Donc pas de panique, chez Lotus.

La grande surprise de ces résultats se situe au niveau du dividende. Il grimpe de 49% à 29 euros brut par action (payable le 25 mai) contre 19,50 euros au titre de 2017. "Cela correspond à un tiers du bénéfice net récurrent, et correspond à un juste équilibre entre une rémunération correcte pour les actionnaires et le réinvestissement du bénéfice dans l’entreprise", a expliqué Jan Boone, le CEO de Lotus.

Au niveau des prévisions pour l’exercice en cours, Lotus ne donne aucun chiffre. Il signale qu’il va continuer à investir dans ses trois piliers stratégiques : la poursuite de l’internationalisation de Biscoff, le développement d’une activité de snacks sains et le renforcement des produits "héros locaux" dans leurs marchés respectifs.

Le groupe va franchir deux étapes importantes en 2019 : le lancement d’une usine de spéculoos au Etats-Unis et d’une autre de produits Bear (snacks sains) en Afrique du Sud ce qui lui fera franchir la barre des 2.000 collaborateurs.

Lire également

Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content