La SNCB heurtée de plein fouet par la crise au premier semestre

Le maintient de l'offre quasi maximale n'aura pas permis à la SNCB de limiter la casse. ©Photo News

La chute du nombre de voyageurs, conjuguée au maintien de l'offre de trains, a lourdement pesé sur les comptes de la SNCB au premier semestre 2020.

En première ligne face à la pandémie, la SNCB accuse le coup. Le résultat d'exploitation de la société en charge du rail belge a effectivement reculé considérablement, affichant 1,04 milliard d'euros, contre près 1,29 milliard à la même période l'an dernier.

300 millions
d'euros
Sur l'année entière, la SNCB table sur une perte opérationnelle de plus de 300 millions d'euros.

Par conséquent, la perte opérationnelle de la société s’élève, à la fin du mois de juin, à quelque 152,3 millions d’euros par rapport à un bénéfice de 44,3 millions d’euros enregistré lors du premier semestre 2019. Sur l'année entière, la SNCB annonce s'attendre à une perte de plus de 300 millions d'euros. Côté dette économique, une augmentation de près de 100 millions est à signaler – s'élevant à 2,47 milliards d’euros.

Chute du nombre de voyageurs

La raison de cette déconvenue? La crise du Covid-19, bien sûr. Plus précisément, la SNCB justifie ce mauvais bulletin par la drastique diminution de la fréquentation des trains pendant la crise. "Au début de la crise du Covid-19, le nombre de voyageurs a fortement diminué pour arriver à 9,7% du nombre habituel. Ce chiffre est passé à près de 49% fin juin, en raison de l’assouplissement des mesures de confinement", signale la société dans un communiqué.

"Au début de la crise du Covid-19, le nombre de voyageurs a fortement diminué pour arriver à 9,7% du nombre habituel."
SNCB

Naturellement, service public oblige, la SNCB n'a pas pu adapter ses services à ces données de fréquentation. Dès lors, le maintien de l'offre quasi maximale n'aura pas permis à l'entreprise de limiter la casse, en témoigne le niveau quasi inchangé des charges d'exploitation. C'est donc la conjugaison de ces deux éléments qui est à l'origine de cette déconvenue, peu surprenante, de la SNCB.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité