Le bénéfice de RTL Belgium divisé par deux

©BELGA

Le recul du marché publicitaire et les investissements dans la production propre pèsent lourdement sur les résultats de la chaîne privée.

A ceux qui s'interrogent sur la restructuration bouclée vendredi dernier chez RTL Belgium (88 emplois supprimés dont 38 départs volontaires), les résultats financiers publiés ce matin sont venus apporter en partie une réponse. Au terme de l’exercice 2017, le résultat d’exploitation (ebitda) s’est effondré, passant de 48 à 21 millions d’euros, soit une chute de plus de 56%. La marge ne s’élève plus qu’à 11% contre 23,8% un an plus tôt. Du jamais vu chez RTL Belgium, habituée à figurer parmi les meilleurs élèves du n°1 européen de la télévision. Lors de l’annonce du plan de restructuration #evolve, mi-septembre, le CEO Philippe Delusinne avait d’ailleurs dit craindre de voir le résultat diminuer de moitié. Il ne s’était pas trompé.

Le chiffre d’affaires recule dans des proportions moindres (-5,4%) mais passe sous la barre des 200 millions (191 millions). C’est surtout au dernier trimestre que la situation s’est dégradée avec un chiffre d’affaires en recul de 8,2% à 56 millions d’euros alors que l’ebitda est tombé dans le rouge (-2 millions d’euros) en dépit de bonnes audiences.

Productions propres

Invoqué, entre autres, pour justifier le plan #evolve, l’arrivée de TF1 sur le marché publicitaire en septembre dernier n’a pas encore produit les effets dévastateurs attendus. Par contre, le marché publicitaire télévisé s’est sensiblement dégradé puisque, selon les estimations de RTL, il a reculé de près de 6%. Dans le même temps, RTL Belgium a beaucoup investi dans la production propre, ce qui a fortement affecté son résultat. Lors de la présentation des grilles de rentrée fin août, Philipe Delusinne évoquait 30 nouveaux programmes dont 80% de productions propres. Une stratégie volontariste mais qui coûte cher. Elle doit permettre à RTL Belgium de faire face aux nombreux défis qui se présentent: arrivée de TF1, évolution de la consommation de la télévision vers le non-linéaire, nouvelle concurrence (Netflix…), digital, mobilité... Si la sauce a pris côté audience – RTL dit avoir connu sa meilleure rentrée depuis 2006 – le marché  publicitaire n’a pas (encore) accroché.

Au niveau de la maison mère, par contre, la situation est meilleure. RTL Group dit avoir enregistré une nouvelle année record avec un chiffre d’affaires en hausse de 2,2% à 6,373 milliards d’euros et un résultat net qui progresse de 2,6% à 739 millions 

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés