Les acquisitions portent le troisième trimestre de Kinepolis

©REPORTERS

Kinepolis continue d'engranger de bons résultats à mesure que son parc cinématographique s'étend. De nouvelles ouvertures de salles de cinéma sont encore programmées d'ici la fin de l'année.

Beau temps et cinéma ne font en général pas bon ménage. Kinepolis en a fait l'expérience au cours du troisième trimestre 2016. Si son bulletin trimestriel affiche une hausse de la fréquentation de ses installations avec 5,3 millions de visiteurs, soit 9,5% de plus qu’au cours de la même période de l’an dernier, c'est principalement dû au fait que le groupe n'a cessé de s'étendre avec le rachat des cinémas Utopolis en France, au Luxembourg et aux Pays-Bas en novembre 2015 d’une part, et de l’ouverture des complexes Kinepolis de Dordrecht et de Breda (Pays-Bas) d’autre part.

Abstraction faite de l’expansion, le nombre de visiteurs a baissé dans tous les pays, sauf en Espagne. Kinepolis explique le recul de ses performances par "le temps magnifique qu’il a fait cet été et l’offre cinématographique plus faible, notamment en juillet et en septembre." Il faut dire qu'il était difficile pour "Tarzan", "Le monde de Dory" ou encore "Camping 3" de rivaliser avec "Les Minions" et les dinosaures de "Jurassic World" sortis l'été 2015.

-10,7%
En Belgique, Kinepolis a réuni 1,8 million de cinéphiles devant ses écrans au troisième trimestre 2016. Un an plus tôt, ils était plus de 2,1 millions sur la même période.

Entre le premier juillet et la fin septembre 2016, la poursuite de l’expansion du propriétaire de salles de cinéma a donné lieu à une nouvelle augmentation des produits par visiteur, sans compter une efficience opérationnelle renforcée. "L’expansion se poursuit comme annoncé. La contribution des cinémas nouveaux et repris au chiffre d’affaires et à l’EBITDA du Groupe a progressé," souligne Kinepolis dans son communiqué

©Jonas Roosens

Le chiffre d’affaires a donc connu une croissance plus forte que celle de la fréquentation. L’EBITDA courant s’est affiché en hausse, lui aussi, au total comme par visiteur, grâce à la contribution accrue des cinémas nouveaux et repris. Le résultat courant net a enregistré un recul en raison d’amortissements plus importants, de charges financières plus élevées et de l’accroissement de la charge d’impôt. Quant au bénéfice net, il a considérablement progressé sous l’effet positif de la vente d’Utopolis Belgique.

Pour le reste de l'année, plusieurs ouvertures de salles -en Belgique, en France et en Espagne- vont rythmer la fin de l'exercice 2016.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés