Les ventes US d'AB InBev inquiètent les marchés

©Photo News

Le géant brassicole AB InBev fait état d'un bénéfice en progression à 2,163 milliards de dollars. Merci qui? La Coupe du monde 2018. Le titre perd près de 5% en Bourse, la faiblesse des ventes du groupe sur le marché américain inquiétant étant reçu comme une grande déception.

Les volumes totaux d'AB InBev ont progressé de 0,8% au second trimestre de 2018 à 143,685 millions d'hectolitres (sous les 145,7 millions calculés par les analystes), ce qui a permis de générer des revenus de 14,014 milliards de dollars (+4,7%), dépassant ainsi les prévisions (13,9 milliards).

Les volumes affichent principalement une progression au Mexique et en Chine, toutefois atténuée par les résultats aux États-Unis, l'un des marchés les plus importants du groupe, où les volumes totaux ont diminué de 3,1% au deuxième trimestre. Les ventes ont aussi diminué de -3,1% aux Etats-Unis, suite à la fragilité du secteur. Les bières Budweiser et Bud Light perdent du terrain et donc des parts de marché, entre autres, parce que les bières artisanales y sont de plus en plus populaires.

Le titre perd près de 5%

Les analystes de KBC Securities peinent à trouver une explication pour la chute d'AB InBev, après des chiffres globalement conformes aux attentes du broker et des autres analystes. 

L'analyste de RBC Capital Market, James Edwardes Jones, pointe, de son côté, la faiblesse des ventes sur le marché américain comme la plus grande déception.

Un Mondial fructueux 

Structure géographique simplifiée

Le groupe a également annoncé qu'il va simplifier sa structure géographique et mener une série de changements dans son équipe dirigeante, et ce dès le 1er janvier 2019.

L'Ebitda normalisé a augmenté de 7% à 5,568 milliards de dollars, contre 5,354 milliards un an plus tôt. La marge passe à 39,7% suite à la croissance des volumes. Le bénéfice normalisé est de 2,163 milliards de dollars, en progression par rapport au deuxième trimestre de 2017 (1,872 milliards de dollars). AB InBev explique cette progression par la croissance des volumes et surtout grâce à ses investissements marketing liés à la Coupe du monde 2018 en Russie. "Notre sponsoring de la Coupe du monde de la Fifa Russie 2018 a été le plus ambitieux et le plus fructueux de tous les temps pour Budweiser et pour AB InBev", déclare le groupe brassicole, qui a vendu plus de bières dans les stades lors de cet événement en comparaison à la précédente Coupe du monde au Brésil en 2014.

Le bénéfice net par action a augmenté de 15,8%, passant de 0,95 dollar au 2e trimestre du précédent exercice à 1,10 dollar au 2e trimestre de 2018.

Le taux d'imposition effectif normalisé, qui était de 21,3% au deuxième trimestre du précédent exercice, a augmenté à 24,8% au second trimestre de 2018. 

Les produits des trois marques mondiales Budweiser, Stella Artois et Corona ont accéléré leur croissance au cours du trimestre, avec une hausse de 10,1% au niveau mondial.

Concernant les prévisions, le géant brassicole prévoit toujours une solide croissance des produits et de l'Ebitda. Le groupe maintient les synergies et économies de coûts attendues de 3,2 milliards de dollars, le solde restant, d'environ 700 millions, devrait être réalisé d'ici octobre 2020. Concernant l'endettement, AB InBev vise toujours une structure de capital optimale comportant un ratio endettement net sur Ebitda aux alentours de 2. Le groupe continue à s'attendre à une hausse des dividendes au fil du temps, "mais cette croissance à court terme devrait être modeste compte tenu de l’importance du désendettement".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content