Melexis fait fi des analystes et s'envole en bourse

L'action Melexis bondissait de plus de 10% ce mercredi matin dans la foulée de ses prévisions pour 2020. ©AFP

Si les analystes financiers campent sur leurs positions modérées après les résultats et les prévisions affichés par Melexis, le titre n'en grimpe pas moins de 13,28% ce mercredi en clôture.

"Une année éprouvante." Voilà résumé de la bouche même de la CEO de Melexis le cru 2019 qui aura été marqué par une baisse du chiffre d’affaires de 14% et un bénéfice réduit de près de moitié.

La cause en est connue: les ventes globales d’automobiles ont baissé de 5% l’an dernier. Par ricochet, celles de ce spécialiste des puces pour voitures ont été impactées de près du triple. Malgré une tenue de route hésitante, la fidélité des actionnaires aura été récompensée avec un dividende de 2,20 euros par action inchangé par rapport à celui de 2018.

Bond en bourse

Et pour l’exercice 2020, la voie semble dégagée avec, à la clé, le retour à la croissance. Pour le premier trimestre, Melexis table sur des ventes comprises entre 134 et 138 millions d’euros, supérieures aux attentes du marché (128 millions).

2,20
euros
Malgré un bénéfice net divisé par deux en 2019, Melexis maintient son dividende inchangé à 2,20 euros.

Sur l’ensemble de l’année, la société yproise ambitionne une progression de son chiffre d'affaires d’environ 10%. Des perspectives saluées en bourse, l’action ayant grimpé de 13,28% ce mercredi en clôture, à 76,75 euros. L’an dernier, le titre a progressé de 32%.

Les analystes financiers gardent toutefois la tête froide et ne modifient pas, à ce stade, leur recommandation sur la valeur.

"Le pire semble toutefois derrière nous" admet Kepler Cheuvreux ("conserver"; 65 euros) qui souligne que la prévision d’une croissance de 10% des ventes pour l’année en cours s’est révélée inférieure aux attentes. "L’un dans l’autre, nous ne voyons aucune raison de modifier notre position étant donné la valorisation élevée et le risque à la hausse limité pour les estimations."   

Coronavirus

Marc Hesselink d’ING ("conserver"; 62 euros) juge pour sa part qu’il s’agit d’un ensemble positif avec une guidance solide pour le premier trimestre et un bon dividende. "Les prévisions relativement conservatrices pour 2020 sont compréhensibles si tôt dans l’année, dans la mesure où la visibilité reste relativement faible."

"Le pire semble toutefois derrière nous."
Kepler Cheveux

Chez KBC Securities ("conserver"; 68 euros), on souligne qu’en raison de la nouvelle incertitude créée par le coronavirus en Chine - le plus grand marché automobile au monde - il est difficile de dire si la demande pour les voitures s’améliorera significativement au premier semestre. "Melexis est bien positionnée pour bénéficier des tendances de ce marché mais le récent rally laisse peu de place pour une performance significative sur le court terme."

Notons que l’objectif de cours moyen de tous les brokers qui suivent la valeur s’élève à 63 euros, un niveau inférieur à celui observé en bourse actuellement.

Lire également

Publicité
Publicité