Melexis souffre encore du contexte économique et recule en Bourse

Françoise Chombar, CEO de Melexis. ©belga

Si les chiffres du premier trimestre de Melexis sont en ligne avec les attentes, les prévisions pour le deuxième trimestre sont légèrement plus faibles qu’espéré. Le titre perdait 6% à la Bourse de Bruxelles.

Pas de grande surprise mais un brin de déception au regard des perspectives dans le communiqué de Melexis consacré à ses résultats du premier trimestre qui sont conformes à ses prévisions de février. Comme attendu, le chiffre d’affaires a été affecté par des corrections d’inventaire des clients dues à l’incertitude de la situation économique et géopolitique persistante.

Les corrections d’inventaire sont en cours et la visibilité reste faible précise le spécialiste des puces à destination du secteur de l’automobile qui souligne qu’il est difficile de déterminer à quel moment se produira une modification du comportement des clients en matière de commandes.

Et donc, à l’issue du premier trimestre, le chiffre d’affaires a atteint 116,5 millions d’euros (-16%)- très légèrement supérieur au consensus des analystes (115 millions)- avec une marge brute de 40,1%. De son côté, l’Ebit s’est élevé à 15,7 millions d’euros dégageant une marge de 13,5%, plus ou moins en ligne avec les attentes. Au final, le résultat net fond de 52% à 13,9 millions d’euros supérieur de près de 2 millions au consensus.

En Bourse de Bruxelles, le titre perdait vers 12h 5,8%.

Pour le deuxième trimestre, les prévisions de Melexis se révèlent quelque peu inférieures au attentes. Le groupe vise des ventes comprises entre 117 et 123 millions d’euros avec une marge brute autour de 41% et une marge d'exploitation autour de 14% à la valeur médiane des prévisions du chiffre d’affaires. Le marché tablait sur un chiffre d’affaires de 124 millions d’euros.

Pour l’ensemble de l’année, Melexis s'attend à ce que son chiffre d'affaires pour reste inférieur à celui de l'année précédente. La marge brute devrait se situer dans la fourchette de 41-43%, en tenant compte du taux de change euro/dollar de 1,13.

Lire également

Publicité
Publicité