Orange Belgium veut séduire 100.000 "lovers"

Michael Trabbia, CEO d'Orange Belgium. ©Dieter Telemans

L'offre convergente "Love" d'Orange Belgium lancée en février comptait 50.000 clients à la fin du premier trimestre. L'objectif est d'atteindre les 100.000 à la fin de l'année.

Orange Belgium a dégagé, à l’issue du premier trimestre 2017, un chiffre d’affaires de 307,2 millions d’euros en baisse de 0,7% là où les analystes attendaient un chiffre de 311,4 millions d’euros. L’ARPU postpayé, le revenu mensuel moyen par client, est, pour sa part, passé de 28,6 euros fin mars 2016 à 28,9 euros un an plus tard.

Le groupe signale que son offre convergente "Love" qui a été lancée à la mi-février et qui permet de combiner des abonnements mobiles avec l’internet et la TV digitale comptait, à la fin du premier trimestre, 50.000 clients et 78.000 contrats mobiles associés, soit une progression de 16.000 clients et de 21.000 contrats en un trimestre précise Orange. "Le nombre croissant de clients Love confirme la qualité de notre produit et nous sommes impatients d’agrandir la famille "Love", notre objectif étant de doubler le nombre de clients Love pour atteindre le cap des 100.000 clients "Love" d’ici la fin de l’année " a commenté Michaël Trabbia, le CEO d’Orange Belgium.

Prévisions confirmées

En ce qui concerne l’Ebitda ajusté, il est en progression de 3,6% sur une base comparable et en ligne avec les attentes des analystes (73 millions) à 72,2 millions d’euros. Ce résultat a été obtenu en dépit de l’impact du règlement européen sur l’itinérance souligne le groupe.

Enfin, le bénéfice net consolidé bondit de 571% à 9,8 millions d’euros alors que le consensus des analystes prévoyait nettement mieux encore (14,7 millions d’euros). Un mot du bilan: l’endettement financier net s’élève à 323,7 millions d’euros à la fin du premier trimestre 2017, impliquant un ratio d’endettement financier net/Ebitda présenté de 1.

Du côté des prévisions rien de changé. Orange Belgium prévoit toujours une hausse de son chiffre d’affaires total des services et un Ebitda ajusté situé entre 290 et 310 millions d’euros.

©Orange belgium

Orange mise sur la banque mobile, sans oublier la Belgique

En lançant Orange Bank, l’opérateur français entend réinventer les usages des services bancaires. Si une arrivée en Belgique est prévue, il faudra attendre au moins 2018.

"Il manquait une banque à la banque", c’est par cette constatation que Stéphane Richard, PDG d’Orange, a introduit jeudi le nouveau service bancaire de l’opérateur: Orange Bank. Désormais, un client Orange pourra disposer des services classiques d’une banque (compte à vue, compte épargne, crédit, assurance) directement chez son opérateur, sans frais supplémentaires, et de manière numérique.

Un pavé dans la marre qui pourrait éclabousser les banques traditionnelles car le service se veut innovant. Parmi les exemples cités, l’utilisateur pourra connaître l’état de son compte en temps réel, en ce compris les week-ends et les jours fériés, bloquer et débloquer via son smartphone sa carte de banque s’il venait à la perdre puis à la retrouver, ou encore envoyer de l’argent par SMS pour rembourser un ami. Tout cela, épaulé par les conseils d’un assistant virtuel issu de la collaboration entre l’opérateur et le géant américain de l’informatique IBM.

Lire la suite.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés