Pas de signe de reprise pour Euronav, le titre dévisse

©-

Euronav subit toujours de plein fouet le bas de cycle qui frappe le transport maritime de produits pétroliers. Son résultat trimestriel plonge dans le rouge. Le titre chutait de 9% en début de séance.

La situation reste très délicate pour Euronav , ce spécialiste du transport maritime de produits pétroliers. Les taux de fret sont en effet toujours sous pression en raison notamment d’une offre surabondante de navires et cela malgré le recyclage d’anciens tankers. Ainsi, par exemple, le taux de fret "spot" quotidien pour les supertankers (VLCC) est-il passé, d’une année sur l’autre, de 40.525 dollars à 18.725 dollars. Et, naturellement, les chiffres trimestriels d’Euronav s'en ressentent.

Pour les trois premiers mois de l'année, son chiffre d’affaires chute  de 40% à 98,1 millions de dollars. Il est toutefois supérieur aux attentes des analystes (85 millions). Par contre, les autres chiffres-clés sont en ligne avec le consensus. L’Ebitda proportionnel a été divisé par trois à 30,7 millions de dollars tandis que le résultat net a plongé dans le rouge passant d’un bénéfice de 34,3 millions au premier trimestre 2017 à une perte de 39,1 millions de dollars, soit -0,25 dollar par action.

Des "biscuits" pour tenir

Heureusement pour elle, la compagnie maritime dispose de quelques "biscuits" pour poursuivre ses activités dans ce bas de cycle en attendant des jours meilleurs. Fin mars, son niveau de liquidité s’élevait à 817 millions de dollars.

Des liquidités qu’elle s’est bien gardée d’utiliser dans le rachat, en cours, de son concurrent américain Gener8 Maritime puisque cette opération, annoncée en décembre dernier, se matérialisera via un échange de titres. Les travaux portant sur cette transaction avancent selon le planning, a précisé Euronav dans son communiqué, avec une clôture attendue au cours du deuxième trimestre 2018. 

L'environnement reste difficile 

En guise de perspectives, la compagnie signale que l’environnement pour les opérateurs de tankers restera difficile jusqu’à ce que la flotte mondiale puisse suffisamment se rééquilibrer. Jusqu’à présent, au cours du deuxième trimestre, le taux de fret quotidien pour les superpétroliers s’est élevé à 13.187 dollars avec 42% des jours disponibles réservés.

Terminons en signalant que la société distribuera un dividende final de 0,06 dollar par action couvrant le second semestre 2017.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content