Première croissance des ventes d'Agfa depuis 2015, le titre grimpe

©BELGA

Agfa-Gevaert a renoué, pour la première fois depuis 2015, avec la croissance de son chiffre d'affaires. L'Ebitda du 2e trimestre affiche une croissance à deux chiffres. Point noir: la dette a cru fortement. Les activités "Healthcare" seront mises en vente à l'automne. Le grimpait de 11% en matinée avant d'effacer une partie de ses gains par la suite.

Après des mois de préparation, la vente des activités "Healthcare" d’Agfa va bientôt se concrétiser. Le processus de cession devrait être lancé cet automne. Elle va concerner le pôle "Hospital IT", "Integrated Care" ainsi que "l’Imaging IT" dans la mesure où ce dernier est intégré dans le premier. Cela dépend des pays.

Le groupe spécialisé dans l’imagerie a aussi pris des mesures afin de mettre un terme à ses activités de revendeur dans l’industrie de l’imprimerie aux Etats-Unis. En Chine, l’alliance dans l’offset avec Lucky HuaGuang Graphics se met en place en douceur avec des premiers effets observés aux 2e trimestre sur les revenus.

"Au deuxième trimestre, nous avons encore progressé dans nos efforts pour transformer notre groupe et préparer nos activités pour l'avenir" a indiqué Christian Reinaudo, le CEO d’Agfa dans un communiqué.

Beau trimestre

Au niveau des chiffres, Agfa-Gevaert a vu ses ventes progresser de 3% à 576 millions d’euros au 2e trimestre. Comme le souligne Christian Reinaudo, il s’agit de la première croissance du chiffre d’affaires depuis 2015. Sur le semestre, il reste stable (+0,6%) à 1,12 milliard d’euros.

L’Ebitda ajusté du trimestre grimpe, pour sa part, de 14,3% à 56 millions, la marge passant de 8,7% à 9,6%. Même tendance pour le résultat des activités opérationnelles à 31 millions d’euros (+15,4%). Pour les six premiers mois de l’année, l’Ebitda ajusté limite sa progression à 3,1%, le bénéfice des activités opérationnelles restant inchangé à 46 millions d’euros.

La dette augmente

La dette nette, en revanche, a fortement augmenté. Elle atteignait 311 millions d’euros (194 millions hors effet IFRS 16) en juin contre 144 millions fin 2018. Elle a été influencée par des effets saisonniers, explique Agfa, ainsi que par la mise en place du programme d’atténuation du risque des pensions et les investissements dans la transformation du groupe.

Agfa-Gevaert ne donne pas de prévisions pour l’ensemble de l’exercice.

Lire également

Publicité
Publicité