Proximus fait mieux qu'attendu, le cours décolle

©BELGA

L'opérateur historique Proximus vient de clôturer un bon deuxième trimestre, marqué notamment par une hausse du nombre de clients internet et télé, des abonnements mobiles, des revenus business, ou encore des revenus de son activité internationale (BICS) qui a profité des performances de sa récente acquisition, TeleSign.

Deuxième trimestre au-dessus des attentes pour Proximus  en 2018. L'opérateur historique a en effet enregistré une légère hausse de ses revenus domestiques de 0,8%, à 1,114 milliards d'euros, par rapport à la même période l'an passé, quand l'ebitda a bondi de 5,5% dans le même temps, et ce, alors qu'une relative stabilité était plutôt attendue.

+8,9
%
L'activité de carrier international de Proximus, BICS, a pour la première fois pleinement profité des performances de la récente acquisition de l'américain TeleSign.

En cause, une hausse continue du nombre de clients internet et télés (+52.000 abonnements quadruple-play notamment à base comparable par rapport à l'an passé) "dans un cadre concurrentiel", des abonnements mobiles (45.000 cartes supplémentaires), des revenus business et ICT, ou encore des revenus (en hausse de 8,9%) de son activité de carrier international, BICS, qui a profité des performances de sa récente acquisition de l'américain TeleSign, spécialiste américain de l’authentification et de l’identification mobile, racheté en 2017 pour quelque 230 millions de dollars.

Ce qui n'empêche quelques reculs tout de même au niveau des revenus, comme dans les cartes prépayées (-24,1%) ou encore la téléphonie fixe (-6%), une tendance de fond constatée aussi chez les autres opérateurs, trimestre après trimestre. Ce à quoi il convient encore d'ajouter l'impact de l'entrée en vigueur de la suppression des frais d'itinérance (Roam Like at Home ou "RLaH"), qui aura encore pesé pour 13 millions d'euros sur les marges directes en la matière.

Bref, un bon premier semestre dans l'ensemble pour l'entreprise, "sous l'effet de quelques éléments favorables uniques au niveau de la marge directe", a souligné Dominique Leroy, CEO de Proximus. Un avis visiblement partagé par le marché puisque l'action décollait de plus de 7% dès l'ouverture des marchés. Une hausse qui redonne un peu de vigueur au cours de l'action sous pression depuis que le gouvernement belge a annoncé l'ouverture du marché à un 4e opérateur mobile.   

Prévisions pour 2018 confirmées

Dans les mois à venir, nous allons travailler intensément à l'élaboration de différents scénarios anticipant l'arrivée éventuelle d'un 4e opérateur et les conséquences potentielles pour Proximus
Dominique Leroy
CEO de Proximus

Du reste, "sur base de nos estimations pour le reste de l'année, nous confirmons à nouveau nos prévisions communiquées pour l'ensemble de l'année 2018: nous devrions clôturer l'année sur un ebitda du groupe en légère croissance et un chiffre d'affaires domestique pratiquement stable", a ajouté la patronne, avant de conclure: "dans les mois à venir, nous allons travailler intensément à l'élaboration de différents scénarios anticipant l'arrivée éventuelle d'un 4e opérateur et les conséquences potentielles pour Proximus".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content