Solide face à la crise, Solvay reprend le chemin de l'investissement

La CEO du groupe, Ilham Kadri, s'est félicitée de la bonne gestion des coûts et des réserves de son entreprise en ces temps difficiles. ©Brecht Van Maele

Avec un chiffre d'affaires en recul de 14,3% en un an, le groupe chimique clôture un trimestre difficile. Mais Solvay s'est désendetté et reprend les investissements.

Solvay nous avait prévenus: le troisième trimestre 2020 sera particulièrement difficile. Le groupe chimique publie en effet un chiffre d'affaires de 2,1 milliards d'euro, soit 14,3% de moins qu'à la même période l'an dernier. Sur les 9 premiers mois d'une année marquée par la pandémie mondiale de coronavirus, Solvay dénote une baisse du chiffre d'affaires de 11,9% à 6,8 milliards d'euros "suite au recul des volumes dans les secteurs de l’aéronautique, de l'automobile, du pétrole et du gaz et de la construction".

"Nous avons la grande chance de fabriquer des produits essentiels à la société."
Ilham Kadri
CEO de Solvay

Toutefois, la résilience des marchés de la santé, des produits d'entretien ou encore des composants électroniques a permis au groupe de limiter la casse. "Nous avons la grande chance de fabriquer des produits essentiels à la société", a commenté la CEO Ilham Kadri.

473 millions
d'euros
L'ebitda de Solvay s'élève à 473 millions d'euros au troisième trimestre, soit 17,3% de moins qu'en 2019.

Par conséquent, l'ebitda affiche 473 millions d'euros, soit 17,3% de moins qu'en 2019 mais une nette amélioration par rapport au trimestre précédent.

Au final, le groupe est parvenu à rester en positif ce trimestre, fort d'un bénéfice net de 176 millions. Pour l'an prochain, Solvay s'attend à un ebitda compris entre 1,89 et 1,97 milliard tout en continuant à poursuivre son programme de réduction des coûts.

Coffres pleins

Solvay tient également à souligner l'attention toute particulière portée à la gestion de ses réserves de cash. Sur le seul troisième trimestre, l'entreprise est parvenue à ajouter 366 millions d'euros dans ses coffres, portant ainsi le taux de réserves disponibles à 801 millions, soit plus du double de l'an dernier. Le groupe attribue ces chiffres rassurants "à une gestion disciplinée du fonds de roulement et à des initiatives génératrices de valeur" et souligne ici sa volonté de continuer à se désendetter. Une voie que Solvay entend poursuivre en 2021, l'entreprise annonçant viser 900 millions de réserves disponibles d'ici un an.

La dette financière nette du groupe affiche, elle, un recul de 1,1 milliard d'euros sur les neuf premiers mois de l'année en raison des cessions conclues pendant la période. Le groupe a par ailleurs confirmé sa volonté de continuer à simplifier son portefeuille d'activités. Le niveau sain de trésorerie permet quant à lui d’entraîner un recul de 350 millions de la dette, la portant à 4,3 milliards à la fin de ce trimestre.

Reprise des investissements

Ces nouvelles, de nature à rassurer quant à la gestion financière et stratégique du groupe en temps de crise, sont accompagnées de l'annonce d'un redémarrage du programme d'investissement.

"Nous avons augmenté les dépenses en consacrant 60 millions d'euros à de nouveaux investissements, tandis que la ligne commerciale a également été renforcée. L’entreprise a également lancé une nouvelle plateforme d'innovation pour l'hydrogène", signale ici Solvay.

Télétravail généralisé

"Aujourd'hui, 40% des collaborateurs travaillent à domicile et le travail mobile est devenu la norme dans le groupe."
Ilham Kadri
CEO de Solvay

Exemplaire à beaucoup d'égards dans sa gestion de la crise sanitaire, Solvay a également instauré le travail à domicile pour l'ensemble des fonctions du groupe le permettant dans le monde. "Aujourd'hu,i 40% des collaborateurs travaillent à domicile et le travail mobile est devenu la norme dans le groupe", a souligné la CEO.

Enfin, soulignons que le fonds de solidarité créé par Solvay en avril dernier et alimenté par les cadres de la société a permis de collecter quelque 12 millions d'euros et 800 jours de congé afin d'aider les employés et leurs proches qui seraient confrontés à des difficultés financières lors de la crise. "L'initiative a été très fortement suivie et ne s'est pas limitée aux contributions des cadres du top 30 de l'entreprise", s'est félicitée Ilham Kadri.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité