Solvay se fixe de nouveaux objectifs avec "GROW"

©BELGAIMAGE

Solvay réalisera des économies de coûts à un rythme annuel qui permettra d’atteindre 300 à 350 millions d'euros d'ici 2024. Le groupe va se recentrer sur trois segments.

Pas de scission ni de révolution, mais plus de performances: le très attendu document sur la nouvelle stratégie de la CEO de Solvay Ilham Kadri publié ce jeudi matin parallèlement aux résultats trimestriels doit permettre "d’assurer la croissance, de générer du cash-flow et d’améliorer les rendements".

La grande nouveauté semble résider dans le recentrage des activités en trois segments, chacun ayant un mandat spécifique: Materials (Matériaux), Chemicals (Chimie) et Solutions.

350 millions
euros
Solvay annonce vouloir réaliser des économies de coûts à un rythme annuel qui permettra d’atteindre 300 à 350 millions d'euros d'ici 2024.


Trois segments

  • Le premier segment, "Materials", vise à une croissance supérieure, selon le document stratégique. Il comprend les Specialty Polymers et Composite Materials, deux créneaux devenus très importants chez Solvay ces dernières années, avec des matériaux de haute performance pour l’automobile, l’aviation, l’électronique et la santé. Ces matériaux se caractérisent par une marge élevée et des positions de leader sur leurs marchés. Ils répondent également aux futurs besoins en matière de développement durable.
  • Le deuxième, "Chemicals", doit maintenir une génération de cash solide. Il comprend des activités historiques du groupe dans lesquelles Solvay est leader mondial: carbonate de soude, peroxydes et silice. Solvay "continuera à investir de manière sélective dans ces activités".
  • Enfin, le segment "Solutions" vise des rendements supérieurs. Il comprend les activités de Novecare, Technology Solutions, Aroma et Special Chem. Ils interviennent dans divers marchés de niche. Solvay "optimisera ces activités en tirant partie de ses positions de leader afin de générer des rendements et une création de valeur supérieurs".

Economies de coûts

Sur la base de cette nouvelle organisation, Solvay annonce vouloir réaliser des économies de coûts à un rythme annuel qui permettra d’atteindre 300 à 350 millions d'euros d'ici 2024. Une gestion efficace des engagements de retraite, de la dette et du fonds de roulement permettra de générer environ 500 millions d'euros de cash supplémentaires cumulés sur la période.

Le groupe chimique prévoit en moyenne, entre 2020 et 2024, une croissance organique de l'Ebitda sous-jacent qualifiée de "mid-single-digit". La conversion en cash devrait dépasser 30% en 2024. À titre de comparaison, elle se situe environ à 22% en 2019.

Solvay affine ses prévisions 2019

À l’issue de son troisième trimestre, Solvay a dégagé un chiffre d’affaires en baisse de 0,5% à 2,578 milliards d’euros. Les analystes misaient sur une petite hausse (+0,4%).

L’Ebitda sous-jacent, par contre, est supérieur aux attentes (581 millions d’euros) à 601 millions d’euros (+0,4%). À périmètre et changes constants, cela se traduit par un recul de 1,8%. La croissance soutenue des volumes dans les matériaux composites, les prix supérieurs dans "Performance Chemicals" et l’attention particulière portée à la discipline des coûts n’ont pas suffi à compenser la demande atone dans les secteurs de l’automobile, de l’électronique et du pétrole et du gaz, explique le groupe dans un communiqué.

Sur les neuf premiers mois de l’année, l’Ebitda totalise 1,796 milliard d’euros (-0,2%) à partir d’un chiffre d’affaire de 7,8 milliards (+1,6%). Le cash flow libre des activités poursuivies a atteint, sur la même période, 345 millions d’euros, soit une amélioration de 217 millions.

Dividende intérimaire

"Au cours de ces neufs premiers mois, notre groupe a réalisé des résultats solides dans un environnement macro-économique pourtant dégradé. Nous avons généré un bon niveau de cash-flow, plus particulièrement lors de ce troisième trimestre", s’est félicitée Ilham Kadri, la CEO de Solvay.

Le groupe va distribuer un dividende intérimaire de 1,50 euro par action, en hausse de 4,2%. Il sera payable le 20 janvier.

Dépréciation

Solvay a, par ailleurs, acté une dépréciation de 656 millions d’euros sur les actifs pétroliers et gaziers issus de Rhodia et de Chemlogics. Le déclin continu du marché de la stimulation dans le pétrole et gaz non conventionnels en Amérique du Nord et la pression exercée sur les sociétés de services ont entraîné la standardisation des technologies de fracturation et, en conséquence, une baisse de la demande pour les solutions spécialisées du groupe, détaille Solvay. Ces événements ont affecté les fondements de la croissance de cette activité.

Prévisions

En matière de prévisions pour l’ensemble de l’exercice, Solvay s’est fait plus précis. Il ne table plus sur une croissance de l’Ebitda "stable à modestement négative" mais sur un recul compris entre 2% et 3%. Le cash-flow pour les actionnaires provenant des activités poursuivies reste à 490 millions d’euros.

Stéphane Wuille

Lire également

Publicité
Publicité