Publicité

Trimestre encore plus mauvais que prévu chez Nyrstar, le titre chute

Hilmar Rode, CEO de Nyrstar. ©Dieter Telemans

Pour le troisième trimestre, Nyrstar a généré un Ebitda sous-jacent de 13 millions d'euros. KBC Securities tablait sur un chiffre de 47 millions d'euros.

Le 20 septembre dernier, Nyrstar lançait un avertissement sur résultat prévenant que son Ebitda sous-jacent du second semestre sera inférieur à celui dégagé au cours des six premiers mois de l’année.

Au cours du troisième trimestre de l’exercice, le groupe signale ce matin avoir généré un Ebitda sous-jacent de 13 millions d’euros contre 51 millions d’euros un an plus tôt, soit une chute de 74%. Un chiffre nettement inférieur aux attentes de KBC Securities qui tablait sur 47 millions d’euros. Sur le trimestre, le chiffre d’affaires a toutefois progressé de 22% à un milliard d’euros. 

En début de séance, l'action Nyrstar chutait de 9%.

Sur les neuf premiers mois de l’année, l’Ebitda sous-jacent se contracte de 17% à 134 millions d’euros. Pour expliquer cette situation, Nyrstar pointe les frais de traitement, la faiblesse du dollar, des prix de l’énergie plus élevés en Europe et des coûts opérationnels plus importants dans le segment des mines. Cela a été, en partie, compensé par des prix du zinc plus élevés en moyenne et une augmentation de la production du zinc et du minerai.

L’Ebitda sous-jacent de la production du zinc a atteint 145 millions d’euros, en baisse de 17 millions tandis que celui des mines s’est contracté de 6 millions à 27 millions d’euros.

Léger recul de la dette

Pour les neuf premiers mois de l’année, le cash flow libre est positif à hauteur de 24 millions contre un chiffre négatif de 472 millions il y a un an. Nyrstar espère terminer l’année avec un cash flow libre dans le vert.

Au niveau du bilan, la dette nette (hors pré-paiement du métal et les titres perpétuels) atteignait 1,137 milliard d’euros fin septembre en baisse de 61 millions. Avec ces deux éléments, elle passe à 1,449 milliard d’euros (-39 millions).

"Nous restons concentrés sur le développement de notre stratégie opérationnelle" a souligné Hilmar Rode, le CEO de Nyrstar. Le redéploiement de l’unité de production de Port Pirie en Australie se poursuit selon le calendrier prévu assure-t-il avec un Ebitda attendu d’au moins 40 millions, 100 millions et 130 millions d’euros respectivement en 2018, 2019 et 2020. Il souligne également que les données macro-économiques pour 2019 sont prometteuses en ce qui concerne le minerai de zinc et les frais de traitement de celui-ci.

Nyrstar mentionne enfin, sans plus de commentaire que Trafigura reste un actionnaire solidaire ("supportive" en anglais dans le texte).

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité