Une année historique pour Galapagos

Onno van de Stolpe, le CEO de Galapagos, estime que 2019 a été "une année historique, mais nous sommes convaincus que ce n’est qu’un début."

Un partenariat de luxe avec le géant américain Gilead, des avancées considérables pour ses traitements contre les rhumatismes ou encore un chiffre d'affaires qui se rapproche du milliard d'euros, l'année 2019 était celle de tous les records pour la biotech malinoise Galapagos.

En 2019, Galapagos célébrait ses 20 ans. Une année que la biotech n'est pas prête d'oublier. "Nous n’aurions vraiment pas pu rêver d’une meilleure année, explique Onno van de Stolpe, CEO van Galapagos, qui souligne que "l’accord de recherche et d’acquisition avec notre partenaire Gilead annoncé en juillet nous permettra d’accélérer et de maximiser notre potentiel". 

"2019 a sans aucun doute été une année historique, mais nous sommes convaincus que ce n’est qu’un début".
Onno van de Stolpe
CEO de Galapagos

En plein été, Galapagos dévoilait un accord à 5 milliards de dollars avec l’un de ses actionnaires, le laboratoire américain Gilead, provoquant l’envol du titre à la Bourse de Bruxelles. Le filgotinib, le produit phare de Galapagos destiné à traiter la polyarthrite rhumatoïde et d'autres maladies inflammatoires, profite également de cette alliance et attend les autorisations pour être commercialisé aux États-Unis, en Europe et au Japon. "Cette coopération garantit notre indépendance pour une période de 10 ans", précise le patron de la biotech dans le communiqué publié ce jeudi soir après-bourse.   

En chiffres, Galapagos signe un exercice 2019 historique. Son chiffre d'affaires passe sur un an de 318 millions d'euros à 896 millions d'euros. La biotech dégage même un bénéfice net de 150 millions d'euros, contre une perte nette de 29 millions, un an plus tôt. 

Si on occulte l'opération réalisée avec Gilead, Galapagos indique avoir dépensé 334 millions l'année écoulée, soit exactement ce qui était prévu par l'entreprise malinoise. Galapagos termine l'année 2019 avec une trésorerie au beau fixe, soit un peu moins de 5,8 milliards d'euros dans ses caisses. Fin 2018, ce chiffre flirtait avec les 1,3 milliard. 

Pour l'année en cours, Galapagos prévoit de présenter les résultats de cinq études de phase 3 et de phase 2. 

Lire également

Publicité
Publicité