Quel bilan pour le RGPD six mois après son entrée en vigueur?

©BELGAIMAGE

Le RGPD, autrement dit le Règlement général sur la protection des données, est entré en vigueur le 25 mai dernier. Six mois plus tard, quel est le bilan?

Le 25 mai dernier entrait en vigueur la nouvelle législation européenne en matière de vie privée, le RGPD. Il a lancé les entreprises dans un grand ménage de leurs fichiers, aux effets encore difficilement mesurables.

Comprendre le RGPD en deux minutes

Depuis lors, 317 fuites de données ont été signalées à l'Autorité belge de protection des données (APD)... contre 13 en 2017. Cette hausse était attendue puisque l'obligation de notification du RGPD a été étendue à tous les secteurs alors qu'elle ne concernait, auparavant, que les télécoms. 

La plupart des notifications concernaient les soins de santé, les assurances, l'administration publique et la défense, les télécommunications et l'IBPT, et les services financiers.

Au total, 3.599 demandes d'information ont été introduites ainsi que 148 plaintes ou requêtes. L'APD a ouvert 137 dossiers d'avis et a par ailleurs reçu 3.540 notifications de la nomination d'un délégué à la protection des données.

L'Autorité belge de la protection des données traitera plus de 7.000 dossiers de fond sur toute l'année 2018, alors qu'elle en avait traité un peu moins de 5.000 en 2017.

Elle constate par ailleurs que six mois après l'entrée en vigueur du RGPD, les professionnels et citoyens ont toujours besoin d'être conseillés et guidés.

Pour rappel, le RGPD prévoit de lourdes sanctions (jusqu'à 20 millions d'euros et 4% du chiffre d'affaires) pour les entreprises traitant trop légèrement les données personnelles des utilisateurs, par exemple en les recueillant sans consentement valable des personnes concernées. 

Lire également

Publicité
Publicité