Abdeslam et Ayari condamnés à 20 ans de prison chacun

©BELGA

Salah Abdeslam, dernier survivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 à Paris et Saint-Denis, a été reconnu coupable par la justice belge de tentative d'assassinat sur des policiers dans un contexte terroriste lors d'une fusillade survenue en 2016 en Belgique. Ils sont condamnés à une peine de 20 ans de prison chacun.

Salah Abdeslam et Sofien Ayari sont condamnés chacun à une peine de 20 ans de prison par le tribunal correctionnel de Bruxelles pour tentative d'assassinat sur des policiers à caractère terroriste et possession illégale d'armes à feu. Il est indéniable que les deux hommes, qui s'étaient retranchés dans un appartement rue du Dries à Forest le 15 mars 2016, avaient la volonté commune de faire partie d'un groupe terroriste, selon le tribunal. La préméditation est établie, Abdeslam et Atyari étaient prêts à se défendre en cas d'intervention policière.

"Je verrai avec Salah Abdeslam quel est son souhait, s'il veut faire appel ou non."
Sven Mary
avocat de Salah Abdeslam

Ils devront également verser plus de 375.000 euros aux policiers blessés et 142.000 euros à l'Etat belge, qui obtiennent ainsi des dommages et intérêts. Ils sont aussi condamnés à une amende de 12.000 euros et à une déchéance de leurs droits pour une durée de 10 ans. Toutefois, l'association V-Europe, qui rassemble plus de 200 victimes et qui a été créée après les attentats du 22 mars, voit sa consultation de partie civile déclarée irrecevable.

> Le lieu où sera exécutée la peine de prison d'Abdeslam devra être débattu entre les gouvernements belge et français, a précisé le président du tribunal de première instance francophone de Bruxelles, Luc Hennart. "Salah Abdeslam exécutera sa peine soit en France soit en Belgique", a-t-il précisé. Me Sven Mary, son avocat, estime toutefois que la France est prioritaire.

"Nous allons analyser le jugement de fond en comble. Il nous paraît assez créatif, surtout pour le problème de procédure", a déclaré Me Sven Mary, après le prononcé de la peine. "Je verrai avec Salah Abdeslam quel est son souhait, s'il veut faire appel ou non", a-t-il précisé.

→ Sans Salah Abdeslam

©BELGA

Le tribunal rend sa décision en l'absence des deux prévenus. Le 5 février dernier, Salah Abdeslam avait déjà déclaré qu'il ne reconnaissait pas l'autorité du tribunal et qu'il ne plaçait sa confiance qu'en Allah. Il n'avait d'ailleurs pas assisté à la seconde audience trois jours plus tard. Le 5 février 2018, Salah Abdeslam avait été acheminé sous très haute sécurité d'une prison du nord de la France, où il avait été momentanément transféré, vers le palais de justice de Bruxelles.

Mais le prévenu ne s'était que brièvement exprimé. Il avait pris la parole uniquement pour dire qu'il ne reconnaissait pas la légitimité du tribunal. Il n'avait, par la suite, plus souhaité être présent et avait été représenté par ses avocats, Me Sven Mary et Me Romain Delcoigne.

→ Comment la fusillade de la rue du Dries a-t-elle été déclenchée?

Pour rappel, le 15 mars 2016, des policiers belges et français avaient entrepris de perquisitionner une habitation de la rue du Dries à Forest, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Dès leur arrivée, ils avaient essuyé des tirs de la part des occupants de l'appartement, alors qu'ils pensaient le lieu inoccupé.

La cellule d'enquête avait suivi une piste, concernant des suspects des attentats de Paris, qui remontait jusqu'à cette habitation. Au cours de la fusillade, plusieurs policiers avaient été blessés et un des occupants de l'appartement, Mohamed Belkaid, un Algérien de 36 ans, avait été tué par les forces d'intervention. Connu sous le pseudonyme de Samir Bouzid, cet homme était soupçonné d'avoir joué un rôle de coordination et de préparation dans les attentats de Paris du 13 novembre 2015.

Les deux autres occupants, Sofien Ayari et Salah Abdeslam, seul membre des commandos terroristes de Paris encore en vie et activement recherché, étaient parvenus à s'échapper.

Quatre jours plus tard, le 22 mars 2016, d'autres membres de cette cellule terroriste, les frères El Bakraoui et Najim Laachraoui, avaient commis des attentats à Bruxelles, dans le métro et à l'aéroport, faisant 32 morts et des centaines de blessés.

Une association de victimes des attentats de Bruxelles, V-Europe, a d'ailleurs demandé, en mars dernier, à se constituer partie civile dans ce procès de la fusillade rue du Dries. Elle estime que c'est précisément le fait que Salah Abdeslam et Sofien Ayari aient été débusqués puis arrêtés qui a précipité les attentats. "Cela a poussé leurs complices à agir plus tôt et plus près, avant d'être repérés à leur tour", avait exposé l'avocat de V-Europe, Me Guillaume Lys. Il avait précisé que, selon l'enquête, la cellule à laquelle appartenaient tous ces hommes avait au départ prévu de commettre un attentat dans le métro parisien en juillet 2016, pendant la coupe du monde de football organisée en France, et à l'aéroport de Schiphol à Amsterdam aux Pays-Bas, mais pas à Bruxelles.

Retour sur la fusillade de la rue du Dries

 

©AFP

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content