Comme Abdeslam, Ayari ne fait pas appel dans le dossier de la fusillade de Forest

Isa Gultaslar, avocat de Sofien Ayari ©BELGA

Tout comme Salah Abdeslam, Sofien Ayari ne fait pas appel de sa condamnation à 20 ans de prison pour la fusillade de la rue du Dries survenue à Forest, le 15 mars 2016.

Sofien Ayari ne fait pas appel de sa condamnation pour la fusillade de rue du Dries, à Forest, survenue le 15 mars 2016. Comme Salah Abdeslam, qui a indiqué lui aussi qu'il ne faisait pas appel, l'homme est condamné à 20 ans de prison.

Pour rappel, le 15 mars 2016, des policiers belges et français avaient entrepris de perquisitionner une habitation de la rue du Dries à Forest, dans le cadre de l'enquête sur les attentats de Paris. Dès leur arrivée, ils avaient essuyé des tirs de la part des occupants de l'appartement, alors qu'ils pensaient le lieu inoccupé.

La cellule d'enquête avait suivi une piste, concernant des suspects des attentats de Paris, qui remontait jusqu'à cette habitation. Au cours de la fusillade, plusieurs policiers avaient été blessés et un des occupants de l'appartement, Mohamed Belkaid, un Algérien de 36 ans, avait été tué par les forces d'intervention.

Connu sous le pseudonyme de Samir Bouzid, cet homme était soupçonné d'avoir joué un rôle de coordination et de préparation dans les attentats de Paris du 13 novembre 2015. Les deux autres occupants, Sofien Ayari et Salah Abdeslam, seul membre des commandos terroristes de Paris encore en vie et activement recherché, étaient parvenus à s'échapper.

Ils avaient ensuite été arrêtés très rapidement, le 18 mars 2016, rue des Quatre Vents à Molenbeek-Saint-Jean. Quatre jours plus tard, le 22 mars 2016, d'autres membres de cette cellule terroriste, les frères El Bakraoui et Najim Laachraoui, avaient commis des attentats à Bruxelles, dans le métro et à l'aéroport, faisant 32 morts et des centaines de blessés.

Par la suite, Sofien Ayari et Salah Abdeslam ont tous deux été poursuivis pour tentatives d'assassinats sur des policiers et possession d'armes prohibées dans un contexte terroriste et condamnés en avril dernier à 20 ans de prison par le tribunal correctionnel de Bruxelles.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content