La famille Abdeslam a convaincu Salah d'être défendu par un avocat

©BELGA

Le procès pour la fusillade rue du Dries à Forest est reporté et l'avocat pénaliste Sven Mary assurera la défense de Salah Abdeslam. Le procès devait débuter ce lundi.

Salah Abdeslam sera défendu par Sven Mary lors du procès qui se penche sur la fusillade de la rue du Dries à Forest qui s'est déroulée quelques jours avant son arrestation. L'avocat du seul survivant du commando des attentats à Paris n'a pas souhaité réagir.

 Salah Abdeslam a été convaincu par sa famille d'être défendu par un avocat lors de son procès pour la fusillade rue du Dries, selon son frère, Mohamed Abdeslam, qui s'exprime dans les journaux Sudpresse et à La Dernière Heure.

"Il pensait qu'avoir un avocat, ça ne servirait à rien, que les dés étaient jetés. On a tout fait pour le convaincre, pour qu'il ait un procès équitable et une peine juste. Le rôle de la famille a fini par payer, pour qu'il fasse les choses correctement", déclare Mohamed Abdeslam, qui affirme tenter de construire une relation de confiance avec son frère. "Il nous a dit d'accord mais à condition que ce soit Sven Mary. C'est un choix logique, qui s'imposait. C'est le premier qu'il a vu lors de son arrestation", détaille encore Abdeslam. "Le procès a été reporté à temps, ce qui permet d'éviter un transfert inutile et donc, des coûts inutiles", précise-t-il

L'avocat pénaliste demande donc une remise au mois de janvier du procès, qui devait se tenir entre le 18 et le 22 décembre. Le report "a été sollicité aujourd'hui (mercredi) et en tout logique cela devrait être accepté", a précisé cette même source. Le tribunal devrait fixer ce lundi un nouveau calendrier pour ce procès. Du coup, Salah Abdeslam reste pour l'instant en France, où il est incarcéré dans la prison de Fleury-Mérogis en région parisienne.

Abdeslam est détenu dans des conditions extrêmement rigoureuses, à l'isolement et sous vidéosurveillance permanente. Son transfert vers Bruxelles a fait l'objet d'une préparation minutieuse de la part des autorités. Celles-ci expliquent aussi avoir anticipé plusieurs éventualités, dont un report du procès.    

Ce qui sera jugé à Bruxelles

Au coeur du procès, une fusillade avec des policiers survenue à Forest le 15 mars 2016 dans une planque où il se trouvait, trois jours avant son arrestation, au terme de quatre mois de cavale.

Trois policiers avaient été blessés, et l'un des occupants, un djihadiste algérien, avait été tué dans l'échange de tirs, en couvrant la fuite par l'arrière d'Abdeslam et de son complice présumé Sofiane Ayari, également jugé dans ce procès pour tentative d'assassinat sur des policiers.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content