Ce "petit" Salon de l'auto a tout d'un grand

©Tim Dirven

Le Salon de l’auto, moto et van ouvre ses portes ce samedi. Les chiffres sont bons et les constructeurs sont confiants pour 2017. Cet énorme showroom si particulier à la Belgique devrait accueillir 400.000 visiteurs.

C’est relativement confiants que les constructeurs automobiles abordent le Salon de l’auto édition 2017. La plupart des marques ont connu une belle année 2016, alors que le marché automobile a progressé de 7,67% sur l’année et le marché des utilitaires de 11,37%.

Quand on fait le tour des marques, peu voient une érosion des ventes se profiler pour 2017 et beaucoup sont même assez optimistes. "Le carnet de commandes des derniers mois de 2016 est très prometteur. Je dois vous avouer que je suis moi-même un peu surpris", dit Laurent Charpentier, manager director de Ford Belgique. "2017 devrait donc être une année assez solide", ajoute-t-il. Même topo chez des marques comme Renault ou Peugeot, où l’on estime que les nouveaux modèles vont permettre d’atteindre de nouveaux sommets. Stéphane Sertang, à la tête des concessions Ginion (BMW, Mini, etc.) nous explique qu’au premier trimestre, il ne va faire que livrer des commandes déjà réalisées en 2016.

"Le salon est hyper important pour des marques qui ont moins de visibilité comme Honda."
Paul Tomanek
président de Honda Benelux

En partie utilitaire

Le "petit" salon (années impaires) comme on l’appelle n’a de petit que le nom. Il est ouvert un jour en moins. C’est finalement de là que vient une bonne partie de la différence de fréquentations entre le petit et le grand salon. Sa vraie particularité, c’est son focus sur les utilitaires et les camions. "C’est intéressant pour nous cette alternance entre un salon utilitaire et un salon particuliers", nous explique Anne Abboud, directrice commerciale de Peugeot en Europe. "Je suis toujours bluffée de l’importance de ce salon", dit-elle. La Febiac dit attendre quelque 400.000 visiteurs. Pour un marché de la taille de la Belgique et un salon qui n’a pas de vocation internationale, c’est énorme. Paris c’est deux millions de visiteurs, explique la patronne française.

Peugeot revendique la place de numéro un de l’utilitaire chez nous. Le segment a toute son importance sur le salon. Il faut dire que les organisateurs tentent de promouvoir l’aspect utilitaire des années impaires. Si un constructeur y consacre 50% de ses mètres carrés, son tarif au mètre carré est un peu moins élevé. "Nous sommes à 84 euros du mètre carré. Batibouw c’est 150 euros", ajoute Pierre Lallemand l’organisateur du salon.

Pour en savoir plus

Découvrez notre dossier spécial "Salon de l'auto 2017" sur notre site web, en cliquant ici.

Immense showroom

Ensuite, les marques choisissent leur camp. Volkswagen, Mercedes ou Ford ont par exemple choisi de jouer la carte utilitaire. Ford explique que ses ventes d’utilitaires ont progressé de 6.000 à 10.000 unités depuis 2013.

D’autres marques ne font que dans la voiture. C’est le cas de BMW ou de marques comme Honda. "Pour nous, ce salon est d’autant plus important que nous n’avons que 30 concessions, pas 200 comme Renault. C’est comme un grand showroom pour montrer nos nouveautés", déclare Paul Tomanek, qui dirige Honda en Belgique et qui a 1.500m² de stand sur le salon. Un chiffre parle pour lui-même: Honda fait 35% de ses commandes annuelles au mois de janvier. Dans beaucoup d’autres marques c’est aussi 35%, mais sur l’ensemble de la période des conditions salons.

Sur les stands de Honda et autres, on trouve de nombreux SUV. Il faut dire que selon les chiffres dévoilés au salon par la Febiac, le segment des SUV représente en 2016 27,2% des ventes contre 22,5% des ventes en 2015. Il est juste derrière la catégorie phare des berlines de taille moyenne qui représente 29,8% du marché.

Le Salon belge, grâce à sa reconnaissance dans l’industrie, a droit à quelques premières mondiales. Skoda présentait son facelift de son Octavia un véhicule très important pour la marque et écoulé à environ 8.000 exemplaires chez nous sur 2016. Renault a présenté son nouveau Kangoo Z.E. avec 270 kilomètres d’autonomie NEDC (environ 200 kilomètres réels) et son Master Z.E.,un gros utilitaire de 200 kilomètres d’autonomie NEDC.

Le salon fait un chiffre d’affaires d’environ 10 millions d’euros. Et en général, le "petit salon" est en partie financé par le grand.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés