7 premières mondiales au Salon de l'Auto de Bruxelles

1. La Ferrari Portofino fait son premier salon européen à Bruxelles. ©Tim Dirven

À l’heure où les grands-messes automobiles sont de plus en plus remises en question, rien ne semble arrêter le Salon de l'auto de Bruxelles. Toutes les marques y sont présentes et enthousiastes pour l’avenir de cet événement.

Ils vous le diront tous. Bruxelles n’est pas un salon automobile comme les autres. Événement incontournable en Belgique, le salon de Bruxelles est devenu unique en son genre. Toutes les marques sont là, les classiques mais aussi les nouvelles comme Tesla.

La marque californienne, qui n’a rien de neuf à présenter et est plutôt réticente à faire comme les autres, est tout de même sur le Salon. Tesla a fait ses calculs et comme nous l’explique Berith Behrens-Selling, en charge de la communication pour Tesla sur le Benelux, l’investissement tient la route. Bruxelles reste un salon rentable. Il faut être présent.

"Un salon de vente", comme vous l’entendrez chez les différentes marques du salon. Une fête de l’automobile, un événement, nous expliquera le patron du Salon Pierre Lallemand. Il explique que tout est fait sur le Salon pour rendre l’événement attractif. Du bar-terrasse avec piscine, en passant par le barbier dans les deux palais motos, jusqu’à l’espace enfants avec une première de Walt Disney, tout est fait pour attirer le public. "Toutes les marques sont là. Il faut dire que nous avons un Comité salon où siègent les marques qui représentent 70% du marché automobile. On a donc une bonne idée de ce que souhaite le marché, on l’écoute", dit-il.

Cette année de "grand" Salon devrait attirer au moins 500.000 personnes, mais les organisateurs en espèrent officieusement jusque 550.000, comme il y a deux ans, et ce malgré le fait qu’il y a un jour en moins. Le Salon ouvre ses portes au grand public ce vendredi et les fermera le 21 janvier. Les tendances de cette année sont claires.

Les incontournables du Salon de l'auto

Les premières mondiales

Cette année, le Salon compte 7 premières mondiales et 17 premières européennes. Parmi les premières mondiales, la nouvelle Citroën C4 Cactus. La marque espère que ce modèle et la version SUV de sa C3 lui permettront de repartir à la hausse après avoir contenu sa baisse à 1% en 2017.

C’est BMW qui se taille la part du lion des nouveautés avec 5 premières mondiales, à savoir la BMW Série 2 Active Tourer, la BMW Série 2 Gran Tourer et trois Mini entièrement reliftées.

Le patron des ventes en Europe Jean-Philippe Parain est l’ancien patron de BMW Belux. Il a poussé pour que des premières mondiales soient présentées ici. Dans certains pays, les salons perdent en attrait, mais pas à Bruxelles et il le sait. "Le Salon de Bruxelles est vraiment unique. C’est celui où l’on sent le plus de passion pour l’auto. Il n’y a pas d’équivalent", dit Parain. Un stand comme celui de BMW coûte dans les 2,5 millions d’euros. Pourtant, il n’a pas été le moins du monde question de supprimer la participation de BMW au Salon; même Mini est présente alors que la marque fera l’impasse sur le Salon de Genève, un salon pourtant très réputé internationalement.

Un salon qui s’internationalise

BMW a donc amené des journalistes néerlandais et anglais. Les Pays-Bas n’ont plus de salon, le Luxembourg n’a pas de salon à proprement parler, mais un événement dans les concessions de tout le pays. Mercedes-Benz, qui est devenu Benelux, amène donc ses clients professionnel à Bruxelles. "Comme nous sommes désormais une structure Benelux, tous nos clients fleet du Benelux sont là. Le Salon de Bruxelles est probablement l’un des derniers salons de vente en Europe", détaille Eberhard Kern, CEO de Mercedes-Benz Benelux.

La marque fait donc une certaine promotion du show de Bruxelles chez nos voisins du Nord et au Grand-Duché. "Tous nos clients fleets sont là, les grands comptes aussi. Nous avons ici l’ensemble de notre portefeuille-produits disponible. C’est la meilleure opportunité pour parler business", détaille Eberhard Kern.

Le SUV encore et toujours

163.839 SUV
Le nombre de SUV vendus en 2017 a explosé. Ce type de véhicule pèse désormais 30% du marché belge.

En déambulant dans le Salon, impossible en tout cas d’échapper à la déferlante SUV. Il est partout présent. 546.558 voitures ont été immatriculées en 2017 en Belgique. Selon les chiffres que nous avons obtenus, tous les SUV confondus (que la Febiac appellent "Jeep-Like") représentent 30% du marché belge. Le segment reste porteur, tout le monde nous le dit. Toutes les marques sortent donc des SUV et chaque nouveau véhicule de ce type reste un succès.

Chez Ford, on présente par exemple le nouvel Ecosport. 20% des ventes 2017 de la marque en Belgique sont des SUV. C’est certes moins que la moyenne, mais ce ratio n’était que de 15% en 2016.

Peugeot et ses trois SUV à succès, le 2008, le 3008 et le 5008 en sait quelque chose. "Nous sommes premiers du marché particulier. C’est une fierté quand les gens qui dépensent leur propre argent vous choisissent", dit le porte-parole de la marque Wim Doms. Celui-ci n’a pas vraiment de nouveauté à présenter, mais il est confiant car sa gamme de SUV est jeune et devrait continuer à bien se vendre en 2018.

2. Mitsubishi Eclipse cross. Les SUV sont présents en nombre sur le salon. ©Tim Dirven

Volkswagen T-Roc, Dacia Duster, Seat Arona, Mitsubishi Eclipse Cross (photo), elles sont nombreuses les marques à sortir des SUV. À ce jeu-là, des plus petites marques comme Mitsubishi peuvent espérer profiter d’une visibilité inimaginable autrement sur le marché belge.

L’importance du SUV est donc devenue colossale. "La nouvelle Kona pourrait même dépasser à terme notre best-seller, la Tucson, même si ce n’est pas pour cette année", témoigne William Meerschaut, directeur communication de Hyundai, alors que le Tucson est le troisième véhicule le plus vendu en Belgique.

Le Premium dans son élément

Le Premium occupe des espaces à la mesure de sa part de marché au Heysel. Mercedes présente par exemple son facelift de sa classe C. Audi sa nouvelle A8. Près d’une voiture sur trois vendue en Belgique est d’une marque Premium ou de luxe. Et la tendance devrait continuer alors que les marques premium grappillent des parts de marché aux généralistes.

Les fiers Belges

Volvo XC 40. ©Tim Dirven

La Belgique affiche fièrement les modèles de ses deux dernières usines. La XC40 de Volvo (photo ci-contre) est ainsi la star de la marque sur le salon avec son slogan qui s’affiche sur toutes ses voitures produites chez nous: "made by Sweden, built in Belgium". Le constructeur croit très fort dans ce modèle, produit à Gand pour le monde entier.

Audi ne présentait pas son e-tron sur le Salon. Mais comme nous l’annoncions mardi, ce modèle 100% électrique produit à Bruxelles, situé entre sa Q5 et sa Q7, est désormais ouvert aux commandes.

4. L'Audi Elaine est le concept de la 2e voiture qui sera produite à Forest. ©Tim Dirven

Audi Elaine (photo ci-contre), le concept dérivé de l’e-tron Sportback et qui est la deuxième voiture électrique qui sera produite à Audi Brussels, est par contre visible sur le stand.

L’électrique pour 2020

L’électrique reste de son côté un petit marché qui fait beaucoup parler de lui. 2.713 voitures électriques ont été vendues en 2017, une progression de 32%. Mais une goutte d’eau dans un marché de plus de 546.000 voitures. La nouvelle Nissan Leaf, présentée en première belge, a des ambitions en Belgique.

Le secteur place le curseur d’une vraie percée de l’électrique en 2020. Ford aura un SUV de 450 kilomètres d’autonomie en 2021. La Kona de Hyundai sera proposée en électrique dès septembre. Un véhicule 100% électrique qui s’attaquera au marché très porteur des SUV compacts.

Près de 30.000 voitures écoulées en 2017 avaient une motorisation alternative et nombre de modèles de différentes motorisations s’exposent au Salon. Le débat sur le diesel reste plus que jamais d’actualité et ancré dans de nombreuses discussions.

Mais le Salon reste aussi un endroit pour rêver. Aux palais 1 et 12, les marques de prestige se présentent au public. Le Belge aime les voitures sportives et de prestige. Chez Ford, on en sait quelque chose. Depuis qu’on a commencé à vendre en masse la Mustang sur le marché belge, l’intérêt est persistant. 700 à 800 Mustang ont été vendues cette année.

1. La Ferrari Portofino fait son premier salon européen à Bruxelles. ©Tim Dirven

Ferrari, de son côté, présentait sa Portofino (photo) en première pour la zone Europe. Un marché qui pèse 120 ventes, nous dit-on chez Ferrari. Les clients belges et des pays limitrophes seront aussi à Bruxelles pour une voiture de près de 200.000 euros. C’est ça aussi le Salon de Bruxelles, alors que Ferrari est également là pour s’afficher et faire vivre sa légende.

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content