Yvan Mayeur:"Je reste un militant socialiste, sans-parti"

©Belga / Anadolu Agency

A la suite du scandale du Samusocial, l'ancien bourgmestre de la Ville de Bruxelles a décidé de démissionner de son parti. Parti qui devait justement se positionner en commission de vigilance ce vendredi sur l'avenir d'Yvan Mayeur et de Pascale Peraïta dans les rangs socialistes.

Ce vendredi devait être consacré au sein du Parti socialiste à l'analyse approfondie du sort d'Yvan Mayeur, bourgmestre démissionnaire de la Ville de Bruxelles, et de Pascale Peraïta, présidente démissionnaire du CPAS bruxellois, tous les deux au centre de l'affaire du Samusocial.

Au sein de la commission de vigilance de la fédération bruxelloise du Parti Socialiste, les débats s'annonçaient houleux sur les cas des (ex-)mandataires de la Ville, et ce alors que la nébuleuse gestion du Samusocial est actuellement disséquée par une commission d'enquête mise sur pied par les députés bruxellois.

Le ministre-président bruxellois Rudi Vervoort (PS) a pris acte de "cette décision personnelle difficile à prendre" et "inéluctable". "Il en allait de son intérêt et de celui du parti." Laurette Onkelinx, la présidente de la fédération bruxelloise du PS, a de son côté expliqué qu'Yvan Mayeur "considère que, quelle que soit la volonté de la commission de vigilance, sa position ne peut que nuire au PS".

Mayeur prend les devants

Yvan Mayeur et Pascale Peraïta ont été entendus par les instances de leur parti, chacun par deux délégués, semble-t-il différents, de la commission. Ce vendredi, la commission de vigilence du PS bruxellois doit faire le point sur le dossier constitué au départ de cet entretien. Les deux intéressés devraient ensuite être convoqués par la commission avant que celle-ci ne prenne une décision.

Seulement, Yvan Mayeur a chamboulé le programme de sa famille politique en adressant à la présidente de la commission de vigilance du PS un courrier annonçant sa démission du parti.

Ma chère Jacqueline,

Je te prie de bien vouloir enregistrer ma présente démission du Parti Socialiste.

C'est le cœur gros que je t'écris ces mots. Je suis un militant socialiste. J'ai toujours pensé agir dans l'intérêt de notre idéal, dans ma section et à la base, mais également dans les différentes fonctions que j'ai eu l'honneur d'occuper, au parlement, au CPAS de Bruxelles, dans les hôpitaux publics et à la Ville de Bruxelles. Le Samusocial que j'ai contribué à créer a permis de mettre des milliers de grands exclus à l'abri. Nous y avons créé 300 emplois dans un secteur social difficile. 

J'ai probablement commis des erreurs. Je le regrette profondément. Je regrette aussi de ne pas avoir pu m'en expliquer avec nos autorités régionales

Je te remercie de bien vouloir informer la Commission de ma démission qui voudra peut-être malgré tout entendre ce que j'ai relaté aux deux délégués que j'ai rencontré la semaine dernière.

Je reste un militant socialiste, sans-parti.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect