interview

"Les mandataires devraient publier leurs fiches fiscales"

Le député bruxellois Emmanuel De Bock (DéFI) veut limiter les rémunérations à 150% du salaire d'un député, tous mandats confondus. ©Photo News

Le député DéFI Emmanuel De Bock estime que les mesures pour améliorer la gouvernance mettent trop de temps à éclore. Il plaide pour un décumul financier et veut imposer aux mandataires la publication de leurs fiches fiscales sur les cinq dernières années.

Emmanuel De Bock (DéFI), député bruxellois et membre de la commission d'enquête sur le Samusocial, estime qu'il est temps de prendre le taureau par les cornes. "Je n'ai qu'une seule demande, que le ministre-président fasse un véritable contrôle des mandataires publics et exige le remboursement (...) des montants qui dépassent le plafond de 150% de l'indemnité d'un parlementaire", a-t-il déclaré jeudi matin au micro de Martin Buxant (L'Echo) sur Bel RTL.

Ça, c'est pour les cas Mayeur et Peraïta. Mais plus largement, il compte déposer deux textes au Parlement pour pour faire bouger les choses.

1. Imposer la publication sur internet de toutes les fiches fiscales sur les cinq dernières années dans toutes les intercommunales, "afin de travailler avec les gens qui n'ont pas triché".
2. Imposer le plafond de 150%, tous mandats confondus (c'est-à-dire publics et privés). 

Frôle-t-on l'inquisition fiscale avec ces mesures? "Il n'y a rien de malsain à publier les montants que finalement le contribuable paie", estime le député qui ajoute "c'est normal qu'on puisse vérifier où va l'argent public".

Concernant la crise politique déclenchée par Benoît Lutgen, Emmanuel De Bock estime que à Bruxelles, "le cdH n'apporte aucune solution à la crise qu'il a créée". Et en ce qui concerne le PS, il fait le constat qu'au sein de ce parti, "il y a manifestement des gens qui ont un problème d'argent, ils ont l'argent public dans le sang".

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content