La série "Sense of Tumour" ose une thématique risquée

©RV DOC

La Trois et son "Series corner" proposent une œuvre innovante et en VO: "Sense of Tumour". Cette production flamande place la barre très haut.

En abordant la délicate question du cancer, découvert chez un jeune homme brillant de 25 ans, stagiaire en neurochirurgie, "Sense of Tumour" ose une thématique risquée.

"Sense of Tumor"

Sur La Trois et Auvio.

Note: 5/5

Créateurs: Mathias Claeys et Leander Verdievel

 

Cette combinaison de tragique et de comique a trouvé son origine dans les entretiens préparatoires menés avec une dizaine de victimes bien réelles du cancer par les créateurs Mathias Claeys et Leander Verdievel, dont ce dernier a fait partie. Des extraits vidéo de ces discussions sont d’ailleurs insérés à côté du générique de fin et offrent un écho documentaire à ce récit de fiction.

Meilleure série européenne de l’année au prix Europa (Berlin), "Gevoel voor tumor" illustre avec infiniment d’humanité la montagne russe émotionnelle que la découverte de la maladie et de son traitement représentent, sans oublier les effets physiques de la chimiothérapie. Sans détours ni voyeurisme. L’une des grandes réussites de cette série est de bien montrer l’impact de ce mal sur l’entourage des victimes. Ici aussi, une dureté indicible peut côtoyer la plus grande tendresse et l’humour n’est jamais très loin, comme en attestent les témoignages de fin.

Le jeu d’acteurs est excellent, particulièrement chez les deux jeunes protagonistes. Le sujet, immensément difficile, est traité avec nuance, et l’émotion qui prend régulièrement le dessus n’est jamais gratuite. L’évolution du personnage principal est immense mais pas toujours rapide. Il faut donc laisser du temps à la série avant de constater tout son potentiel magistralement développé en huit actes.

Sense of Tumour

Lire également

Publicité
Publicité