"Atlanta", comédie magistrale à contretemps.

©rv doc

Donald Glover rempile enfin pour une deuxième saison d'"Atlanta", comédie magistrale à contretemps.

Acteur, humoriste, scénariste, réalisateur, producteur, musicien et rappeur (sous le pseudo Childish Gambino), Donald Glover est un artiste pour le moins occupé. En 2016, après avoir notamment joué dans "Community" et écrit pour "30 rock", Glover a eu la bonne idée de lancer sa propre sitcom, "Atlanta". Il y campe Earn Marks, paumé et fauché, qui squatte d’ailleurs chez Vanessa (Zazie Beetz), la mère de sa fille. Alors que son cousin, Alfred aka Paper Boi (Brian Tyree Henry), se forge une petite notoriété suite à un clip homemade devenu viral, Earn devient son manager. Avec Darrius (Keith Stanfield), bras droit d’Alfred, toujours gentiment perché, ils tentent de percer sur la scène rap d’Atlanta.

Atlanta | Bande Annonce

Dans sa première saison à l’esthétique simple et dont l’humour émane surtout de l’absurdité ambiante, Glover rappelait brillamment la comédie à ses origines subversives en dressant le portrait empathique et acéré de personnages noirs et pauvres, qui rivalisent d’une créativité pragmatique pour s’extirper d’une situation qui s’évertue pourtant à tirer vers la médiocrité. Perspicace et jamais simpliste dans ce qu’elle choisit de raconter des rapports sociaux, "Atlanta" est aussi prodigieusement incongrue et unique en son genre: alors qu’un bon nombre de séries joue la sécurité d’une large audience en flairant les meilleurs filons commerciaux, "Atlanta" ne sera pas au goût de tous. Comme toutes les séries les plus magistralement barrées.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content