Deuxième saison pour la websérie "La Théorie du Y"

©doc

La plus LGBT des webséries de la RTBF revient avec une deuxième saison qui prend en maturité sans rien perdre de son punch.

A la base, "La Théorie du Y" est une pièce de théâtre, écrite et mise en scène par Caroline Taillet, qui aura ensuite la bonne idée de l’adapter pour en faire la websérie la plus regardée de la RTBF. Deux ans plus tard, Anna (Léone François) poursuit l’exploration de sa bisexualité amorcée dans la première saison, une thématique pour le moins discrète dans le paysage médiatique.

"La Théorie du Y" (Auvio)

Note : 4/5

Créée par Caroline Taillet | Belgique (2017)

"La Théorie du Y", c’est une comédie romantique 2.0, qui traite des amours d’aujourd’hui et questionne plutôt qu’elle affirme. Parfumée d’une belgitude subtile et familière, la night life bruxelloise en son cœur, la websérie contrebalance l’obligatoire densité de son intrigue (qui se déplie en dix épisodes d’une dizaine de minutes chacun) en nous baladant avec savoir-faire entre flashbacks, scènes imaginaires et temps présent.

Dans cette deuxième saison, tout aussi fraîche et hipster aux entournures que la première, la série se permet d’explorer les personnages qui gravitent autour d’Anna, notamment son meilleur ami Malik (Salim Talbi), qui trouve une nouvelle subtilité en naviguant parallèlement la peur d’un cœur brisé et la complexité de son coming-out. Ainsi épaissi, le récit qui aurait pu s’essouffler, s’épanouit dans une nouvelle énergie, toujours fougueuse mais plus mature.

La théorie du Y

Lire également

Publicité
Publicité