Jessica Jones saison 02

©NETFLIX

Le deuxième volet des aventures de "Jessica Jones" sort demain sur Netflix. Et ça ne pouvait pas mieux tomber pour la Journée internationale des droits des femmes…

Dans sa première saison, savamment enveloppée d’une esthétique de cinéma noir aux cadrages de comics, Jessica Jones (Kristen Ritter) traîne son thermos de whisky dans la nuit new-yorkaise en documentant les adultères qui font tourner son agence de détective privée.

Marvel’s Jessica Jones - Season 2 | Official Trailer [HD] | Netflix


Une mystérieuse enquête ravive alors un traumatisme passé: superhéroïne à la force physique inouïe, Jessica s’est auparavant essayée à la vie de justicière, avant de se retrouver sous le contrôle de Killborn (un génialement terrifiant David Tennant), capable de maîtriser quiconque du simple son de sa voix. Parée de l’écriture solide de Melissa Rosenberg (déjà en charge de "Dexter" et, dans un ton autrement sirupeux, de la saga "Twilight") qui en fait une franchise Marvel des plus engageantes, "Jessica Jones" est aussi – et peut-être avant tout – un récit de résilience, qui montre avec justesse et bienveillance la blessure de l’abus. Personnage féminin complexe comme il en manque encore, c’est dans ses traits contradictoires que Jessica Jones s’élève: en ne résistant jamais à aider les autres dont elle essaye pourtant de se foutre, en portant à la fois la douleur et le courage de sa vulnérabilité, Jessica est autant anti- que superhéroïne. La sortie de la deuxième saison de "Jessica Jones", un 8 mars, n’a donc rien d’anodin: quoi de plus pertinent en effet que de révéler, pour la Journée internationale des droits des femmes, la suite des aventures de l’une des héroïnes les plus badass de Netflix?

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content