L'Echo d'été | "The End of the Fucking World"

©Netflix

C'est l'été et les sorties sont en berne. Alors pourquoi ne pas aligner nos coups de cœur de l'année (avant nos coups de griffes). N°1: "The End of the Fucking World".

Quand Alyssa, nouvelle de l’école, propose à James de fuir ensemble leur famille dysfonctionnelle respective, l’occasion est trop belle: psychopathe auto-diagnostiqué, James y voit l’opportunité de gagner la confiance de celle qu’il planifie d’assassiner.

THE END OF THE F***ING WORLD | Bande Annonce VF (2018)

Ce pitch piquant est le point de départ de "The End of the Fucking World" (à retrouver sur Netflix) qui fait bouger les lignes de la comédie noire: romantique et violente, drôle et grave, touchante et nihiliste, la série respecte les codes du road-trip initiatique tout en capturant l’angoisse et l’excitation de reconnaître progressivement en l’autre celui qui procure ce sentiment chaud d’être à la maison, même en cavale.

Au-delà de son duo principal, interprété à la perfection par Alex Lawther et Jessica Barden, la beauté de la série tient aussi au tour de force de l’écriture qui rappelle au spectateur que chaque personnage sillonne l’histoire avec son propre bagage et pourrait en être le centre. Traversés d’une vibe rétro, les huit épisodes se dévorent aussi car ils se casent dans un format de 22 minutes qui force la nervosité et la simplicité du récit: tout est en place et tout a du sens, résultant en une série complète et cohérente aux coutures invisibles dont certaines de ses contemporaines pourraient tirer des leçons.

"The End of the Fucking World" est l’une des pépites de cette année, à binge-watcher sur Netflix, avant de se joindre à la cohorte des convaincus réclamant la 2e saison de la fin du monde.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content