La RTBF lance son "series corner"

Avec "Pure" (ici avec Charly Clive et Joe Cole), le constat est clair: on est bien dans une offre différente pour la RTBF, qualitative et osée. ©Rory Mulvey

Amateurs de "binge watching", le service public lance sur La Trois et Auvio une vingtaine de fictions de qualité et/ou de niche via sont tout nouveau "series corner"!

La Trois et Auvio lancent aujourd’hui leur nouvelle offre pour un public défini comme curieux, ouvert, passionné de séries, qui veut des versions originales et constitue un public de (re)conquête. Il faut comprendre cette démarche dans la reconfiguration toujours en cours de la télévision. Avec une consommation audiovisuelle éclatée entre des programmes linéaires, surtout prisés pour le direct, et les multiples opérateurs et plateformes avec leur catalogue de SVoD (service de vidéo à la demande), force est de constater que bon nombre de spectateurs sont toujours de grands consommateurs d’écrans et de fiction télévisuelle. Mais ils n’ont pas l’habitude de penser à la RTBF ou à toute autre chaîne pour regarder leurs séries préférées.

"L’ambition stratégique est d’accueillir le public des séries dans l’univers Auvio et sur La Trois."

La SVoD belge produit aujourd’hui 60 millions d’euros de chiffre d’affaires annuel, plus de 2 millions d’utilisateurs et une croissance probable jusque 2023, selon le site statista.com. Avec l’arrivée en fin d’année de Disney + et d’Apple TV +, et 1/3 des 25-34 ans qui consomment une plateforme légale, il est temps que les chaînes télé rappellent leur existence à tout ce public. Ce dernier ne les a d’ailleurs pas attendus pour trouver son bonheur sériel, légalement ou via le piratage. C’est un argument de poids pour notre service public qui va donc offrir gratuitement (FreeVOD) une vingtaine de fictions de qualité et/ou de niche via leur "series corner": une offre de séries exclusives disponibles en rattrapage après leur lancement.

Nous avons eu la chance de voir deux épisodes de la première série Auvio, "Pure", et le constat est clair: on est bien dans une offre différente et inattendue pour la RTBF: exclusivité pour la Belgique, qualitative et osée (interdite aux moins de 16 ans). Cette série est décalée par son sujet: une jeune femme de 24 ans quitte son Écosse natale pour que ses parents ne s’aperçoivent pas de ses multiples pensées perverses. Elle arrive à Londres où elle découvre qu’elle souffre d’une forme rare de trouble de la personnalité obsessionnelle-compulsive qui la fait imaginer des scènes pornographiques à longueur de journée.

L’actrice Charly Clive est convaincante et les allers-retours entre drame et comédie (une dramédie, donc) fonctionnent bien. Cerise sur le gâteau, le tout est agrémenté de compositions originales de l’autrice-compositrice culte Julia Holter. Séduisant!

3 questions à
Marc Janssen, responsable fiction de la RTBF

1. Comment définiriez-vous le "series corner" et quels sont vos objectifs?

Il s’agit d’un catalogue et d’une offre de séries internationales (et flamandes) qui sont destinés aux passionnés de séries et à tous ceux qui aiment dénicher des œuvres venant d’horizons nouveaux. Ce n’est plus un public de niche comme il pouvait l’être auparavant. Il y a 10 ans, la recommandation par un ami d’une super série finlandaise aurait sans doute été accueillie par un silence gêné. Aujourd’hui, il y a une envie de découvrir de nouvelles fictions et cela constitue un développement génial de notre secteur et de la consommation culturelle. Il y a une curiosité et une soif de découverte dans un public de plus en plus large. C’est formidable d’un point de vue intellectuel et politique au sens large, et pour tous ceux qui assurent promotion de ces séries. Enfin, ce public souhaite voir des versions originales, ce qui ouvre encore plus le champ des possibles.

2. Comment comptez-vous amener ces séries vers le public?

Une grande partie de ces contenus doit être disponible en ligne (sur Auvio), en intégrale pour le "binge watching", et assez longtemps pour le bouche-à-oreille qui reste l’un des critères essentiels de prescription. Mais on garde aussi une offre linéaire pour le plaisir d’attendre une semaine le développement narratif, avec la possibilité de rattrapage en ligne. Enfin, il y aura également des contenus bonus, des espaces d’analyses, un podcast de décryptage… afin de créer le dialogue avec ce public.

3. Quelle stratégie a amené cette nouvelle offre?

En termes de consommation médiatique les séries prennent une place gigantesque. L’ambition stratégique est d’accueillir ce public dans l’univers Auvio et sur La Trois, et qu’il se rende compte ou qu’il se rappelle que la RTBF met également à sa disposition d’excellents documentaires, une belle offre d’information etc.

Pure

Lire également

Publicité
Publicité