"La Trêve", saison 2. C'est parti!

©rtbf

Nous avons vu en primeur les deux premiers épisodes de la saison 2 de "La Trêve" qui peaufine sa mécanique redoutable et travaille au corps ses protagonistes.

Après une première saison couronnée de succès critique et publique, la sortie d’un deuxième opus sur la Une, ce dimanche, est très attendue. Cette belle œuvre policière conserve son environnement ardennais et une bonne partie de son casting mais concerne cette fois un double féminicide.

Le personnage principal, l’inspecteur Peeters (toujours remarquablement incarné par Yoann Blanc), a beaucoup évolué depuis les premiers épisodes. Sa sensibilité profonde, source d’instabilité et d’accès de violence lors de la première saison, semble s’être petit à petit transformée en intuition salvatrice et professionnalisme au début de la seconde, qui commence trois bonnes années après l’affaire Driss Assani. Il reste cependant à voir si l’instabilité du personnage reprendra le dessus ou non.

Bande-annonce

Cette fois, l’enquête va se focaliser sur un jeune adulte des Ardennes profondes, Dany Bastin, dont le développement psychologique a été bloqué lors d’un traumatisme d’enfance. Aussi, le personnage de la psychiatre joué par Jasmina Douieb continue de prendre de l’ampleur. Comme nous le confiait le créateur et réalisateur Matthieu Donck: "Cette fois encore, le genre policier est une excuse pour parler des gens"et de cette Ardenne qu’il connaît bien et apprécie.

Accent ardennais inclus

Par ailleurs, la série semble également garder les ingrédients qualitatifs du récit policier: elle ouvre toujours des pistes sur des personnages marginaux mais aussi sur ceux qui peuvent paraître moins suspects, comme le docteur de la deuxième femme assassinée. Voilà qui permet de brosser le portrait de la vie rurale d’un village ardennais, avec toutes les particularités, accent inclus, de ce type de milieu.

La sensibilité de l’inspecteur Peeters semble s’être petit à petit transformée en intuition salvatrice.

Dans cette deuxième saison, il s’agit du village fictif de Musso, à quelques encablures de Heiderfeld. Ce faisant, "La Trêve" poursuit le travail de double storytelling que les Nordiques ont beaucoup développé ces dernières années: une politique de production fictionnelle des télévisions publiques qui consiste à offrir un récit divertissant et une dimension éthique et sociale située. Dans la pratique nous avons donc d’une part une intrigue universelle qui offre une réflexion sur l’âme humaine, le mal et les circonstances dans lesquelles ce dernier se développe; et, de l’autre, de nombreux plans larges et arrière-plans permettant de situer clairement le récit dans une région donnée, en l’occurrence l'Ardenne et sa nature dense. Celle-ci peut toutefois être ressentie comme oppressante quand la forêt semble interminable depuis la perspective d’un inspecteur qui ne sait trop où chercher.

Enfin, autre élément classique bien maîtrisé: le développement d’une seconde ligne narrative, comme dans la première saison. Il s’agit cette fois de la construction d’une route à travers la forêt que certains aimeraient protéger. Fraude et intimidations en tous genres compliquent dès lors le travail déjà ardu des inspecteurs de police et intensifient la tension narrative de la série.

Sur la Une, dès ce dimanche 11/11, à 20h50, et ensuite sur RTBF Auvio.

Lire également

Publicité
Publicité