"MotherFatherSon", les dangers de la vérité

Richard Gere et Billy Howle aux prises avec la polarisation du monde. ©Screen Grab

"MotherFatherSon", le premier rendez-vous du "series corner" de la RTBF, offre à Richard Gere, son premier rôle dans une série télé. Une dystopie bien dans l’air du temps.

La première série de la nouvelle offre "series corner" de La Trois (et Auvio) représente beaucoup de choses à la fois: un thriller politico-journalistique, un drame familial et une allégorie du danger de la presse populaire quand ses dirigeants pensent connaître LA vérité et ne comprennent le monde que depuis leur perspective. Dans ce contexte, elle inclut également des éléments dystopiques sur la polarisation du monde, britannique ici, avec les blancs pauvres (devenus) racistes d’un côté et les musulmans, les minorités et les modérés de l’autre. Elle présente enfin une réflexion sur les leaders politiques populistes et les dérives autoritaires qui pourraient prendre le dessus lors d’une crise majeure.

"MotherFatherSon"

Note: 4/5

8 épisodes créés par Tom Rob Smith. BBC, 2019

Remarquablement campée par Richard Gere, pour qui il s’agit de la toute première série télévisée, et admirablement servie par d’autres formidables interprètes tels que Billy Howle, Helen McCrory et Sinead Cusack, cette nouvelle série de la BBC diffusée en exclusivité belge est grandiose, mais elle flirte parfois avec le pompeux. Elle est tendue mais perdue à l’une ou l’autre reprise dans de trop nombreuses (bonnes) idées narratives. Il reste de belles grandes scènes au temps long, de géniales répliques et des images magnifiques mais également quelques petits déséquilibres quand le pathos dérape en milieu de saison. Tout cela prouve cependant que nous sommes devenus bien exigeants, de manière logique, grâce à l’immense qualité de nombreuses productions télévisuelles récentes, en Grande-Bretagne et dans toute l’Europe continentale.

MotherFatherSon

Lire également

Publicité
Publicité