"When they see us", la claque de l'année

©Atsushi Nishijima/Netflix

"When they see us", un drame puissant et enrageant qui accuse avec justesse un système légal capricieux.

Ava DuVernay, notamment créatrice de la touchante "Queen Sugar", relate avec "When they see us" (sur Netflix) l’histoire vraie d’un procès de 1989, celui de cinq adolescents – quatre noirs et un hispanique – injustement accusés d’avoir battu, violé et laissé pour morte une joggeuse, en plein Central Park. Poussée par une procureure zélée, la police use impudemment de méthodes fallacieuses afin d’obtenir des cinq suspects ce qui tiendra lieu d’aveux lors de leur procès.

Avec toute la force de frappe du format minisérie (quatre épisodes d’une heure à une heure et demie), le récit s’attache à décrire de façon chronologique les irrégularités flagrantes lors des interrogatoires, la fourberie des procès, mais aussi les drames individuels et familiaux suivant la condamnation des cinq jeunes, jusqu’aux aveux du vrai coupable plus d’une décennie plus tard.

Bien que composée avec fidélité et précision, "When they see us" a la bonne idée de ne pas être un documentaire: sa construction dramatique autorise alors à s’imprégner, à se projeter, à accepter la réalité que tout système, aussi abstrait et objectif qu’il paraisse, porte les préjugés de celles et ceux qui l’incarnent. Indispensable, "When they see us" partage, avec "Years and Years" (sur BBC, disponible dès la rentrée sur BeTV), le prix de la grosse claque de l’année.

Bande-annonce

Lire également

Publicité
Publicité